1er Décembre | Journée mondiale de lutte contre le sida :  Les organisations communautaires font la différence.

Le thème de la Journée mondiale de lutte contre le sida 2019 est « Les organisations communautaires font la différence. »

La Journée mondiale de lutte contre le sida est organisée le 1er décembre 2019. Cette date importante permet de rendre hommage au rôle essentiel joué par les organisations communautaires aujourd’hui et par le passé dans la riposte au sida au niveau international, national et local.

Leur action pour riposter au sida prend des formes différentes. Leur leadership et leur engagement garantissent la continuité et l’adéquation de la riposte en maintenant l’accent sur les individus et en s’assurant de n’oublier personne. Les organisations communautaires regroupent des pairs-éducateurs, des réseaux de personnes vivant avec le VIH ou concernées par la maladie, comme les gays et autres hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes, des personnes consommant des drogues injectables et des travailleur(se)s du sexe, des femmes et des jeunes, des conseillers, des professionnels de la santé au sein des communautés, des prestataires de service à domicile, des organisations de la société civile et des militants de terrain.

La Journée mondiale de lutte contre le sida est une plateforme essentielle pour souligner l’importance du rôle joué par les organisations communautaires alors que l’on assiste à un recul des financements et à un confinement de la société civile. Ces tendances fragilisent la continuité des services apportés ainsi que des efforts de sensibilisation. Il est urgent d’impliquer davantage les organisations communautaires pour surmonter les obstacles les empêchant de fournir des services, que ce soit à cause d’entraves administratives pour les associations ou en l’absence de modalités contractuelles et sociales. Aujourd’hui, le rôle crucial de sensibilisation joué par les organisations communautaires est plus que jamais nécessaire pour assurer que le sida continue de figurer parmi les priorités politiques, que les droits fondamentaux sont respectés et que le pouvoir législatif et exécutif prend ses responsabilités.

Fiche d’information 2019 — Dernières statistiques sur l’état de l’épidémie de sida

STATISTIQUES MONDIALES SUR LE VIH

  • 24,5 millions [21.6 millions–25.5 millions] de personnes avaient accès à la thérapie antirétrovirale (fin juin 2019).
  • 37,9 millions [32,7 millions – 44,0 millions] de personnes vivaient avec le VIH (en 2018).
  • 1,7 millions [1,4 millions – 2,3 millions] de personnes sont devenues nouvellement infectées par le VIH (en 2018).
  • 770 000 [570 000 – 1,1 million] de personnes sont décédées de maladies liées au sida (en 2018).
  • 74,9 millions [58,3 millions – 98,1 millions] de personnes ont été infectées par le VIH depuis le début de l’épidémie (en 2018).
  • 32,0 millions [23,6 millions – 43,8 millions] de personnes décédées de suite de maladies liées au sida depuis le début de l’épidémie (en 2018).

Personnes vivant avec le VIH

  • En 2018, 37,9 millions [32,7 millions – 44,0 millions] de personnes vivaient avec le VIH.
    • 36,2 millions [31,3 millions – 42,0 millions] d’adultes.
    • 1,7 millions [1,3 millions – 2,2 millions] d’enfants (< 15 ans).
  • 79 % [67 – 92 %] de toutes les personnes vivant avec le VIH connaissaient leur statut VIH.
  • Environ 8,1 millions de personnes ne savaient pas qu’ils vivaient avec le VIH.

Personnes vivant avec le VIH ayant accès à un traitement antirétroviral

  • À la fin de juin 2019, 24,5 millions [21,6 millions–25,5 millions] de personnes avaient accès au traitement antirétroviral.
  • En 2018, 23,3 millions [20,5 millions – 24,3 millions] de personnes vivant avec le VIH avaient accès au traitement antirétroviral, soit une augmentation de 7,7 millions [6.8 millions–8.0 millions] en 2010.
  • En 2018, 62% [47–74%] de toutes les personnes vivant avec le VIH avaient accès au traitement..
    • 62% [47–75%] des adultes de 15 ans et plus vivant avec le VIH ont eu accès autraitement, tout comme 54% [37–73%] des enfants de 0 – 14 ans..
    • 68% [52–82%] des femmes adultes de 15 ans et plus ont eu accès au traitement, cependant seulement 55% [41-68%] des hommes adultes de 15 ans et plus y avaient accès.
  • 82 % [62–95 %] des femmes enceintes vivant avec le VIH avaient accès à des médicaments antirétroviraux pour prévenir la transmission du VIH à leurs bébés en 2018.

Nouvelles infections à VIH

  • Les nouvelles infections à VIH ont été réduites de 40% depuis le pic de 1997.
    • En 2018, 1,7 millions [1,4 millions – 2,3 millions] de personnes étaient nouvellement infectées par le VIH, contre 2,9 millions [2,3 millions – 3,8 millions] en 1997.
  • Depuis 2010, les nouvelles infections à VIH ont diminué d’environ 16 %, passant de 2,1 millions [1,6 millions – 2,7 millions] à 1,7 millions [1,4 millions – 2,3 millions] en 2018.
    • Depuis 2010, les nouvelles infections à VIH chez les enfants ont diminué de 41 %, contre 280 000 [190 000 – 430 000] en 2010 à 160 000 [110 000 – 260 000] en 2018.

Décès liés au sida

  • Les décès liés au sida ont été réduits de plus de 56 % depuis le pic de 2004.
    • En 2018, 770 000 [570 000 – 1,1 millions] de personnes sont décédées de maladies liées au sida dans le monde, contre 1,7 millions [1,3 millions – 2,4 millions] en 2004 et 1,2 millions [860 000 – 1.6 millions] en 2010.
  • Les décès liés au sida ont été réduits de 33% depuis 2010.

90–90–90

  • En 2018, 79% [67%– 92%] vivant avec le VIH connaissaient leur statut.
  • Parmi les personnes qui connaissaient leur statut, 78% [69%– 82%] avaient accès au traitement.
  • Des personnes qui avaient accès au traitement 86% [72%– 92%] ont vu leur charge virale supprimer.
  • 79% [67%– 92%] vivant avec le VIH connaissaient leur statut, 62% [47%–74%] ont l’accès au traitement, 53% [43%– 63%] des personnes vivant avec le VIH ont leur charge virale supprimé.

Femmes

  • Chaque semaine, environ 6000 jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont infectées par le VIH.
    • En Afrique subsaharienne, quatre nouvelles infections sur cinq parmi les adolescents âgés de 15 à 19 ans sont des filles. Les jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans sont deux fois plus susceptibles de vivre avec le VIH que les hommes.
  • Plus d’un tiers (35 %) des femmes dans le monde ont subi des violences physiques ou sexuelles à un moment de leur vie.
    • Dans certaines régions, les femmes victimes de violence sont une fois et demies plus susceptibles d’être infectées par le VIH.

Populations clés

  • Les populations clés et leurs partenaires sexuels représentent :
    • 54 % des nouvelles infections à VIH dans le monde.
    • Plus de 95 % des nouvelles infections à VIH en Europe de l’Est et en Asie centrale et au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.
    • 88% des nouvelles infections en Europe de l’Est et centrale et en Amérique
    • 78% des infections en Asie et Pacifique
    • 65% des infections en Amérique Latine
    • 64% des infections en Afrique de l’Est et Afrique Centrale
    • 25% des infections en Afrique de l’Est et du Sud
  • Le risque de contracter le VIH est :
    • 22 fois plus élevé chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes.
    • 22 fois plus élevé chez les personnes qui s’injectent des drogues.
    • 21 fois plus élevé pour les professionnel(le)s du sexe.
    • 12 fois plus élevé pour les transgenres.

VIH / tuberculose (TB)

  • La tuberculose reste la principale cause de décès chez les personnes vivant avec le VIH étant ce qui représente environ un décès sur trois.
  • En 2017, 10,0 millions [9,0 millions – 11,1 millions] de personnes ont contracté la tuberculose, dont 9% vivaient avec le VIH.
    • Les personnes vivant avec le VIH sans symptômes de tuberculose ont besoin d’un traitement préventif contre la tuberculose. Ce traitement peut avoir pour effet la diminution du risque de développer la tuberculose et la réduction des taux de mortalité par tuberculose / VIH d’environ 40 %.
  • Il est estimé que 49% des personnes vivant avec le VIH et la tuberculose ignorent qu-ils sont co-infectées et par conséquent ne reçoivent pas de soins nécessaires.

Investissements

  • À la fin de 2018, 19,0 milliards de dollars US étaient disponibles pour la lutte contre le sida dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.
    • Environ 56 % du total des ressources consacrées au VIH dans les pays à faible revenu et à revenu intermédiaire en 2018 provenaient de sources nationales.
  • L’ONUSIDA estime que 26,2 milliards de dollars US seront nécessaires pour la riposte au sida en 2020.

Données mondiales sur le VIH, données régionales 2018, thérapie antirétrovirale par région, 2018

En savoir plus sur ONUSIDA

Comments

comments