Soudan: Qui est Omar el-Béchir?

Il est arrivé au pouvoir lors d’un coup d’État militaire en 1989 et a dirigé avec une main de fer ce qui était jusqu’en 2011 le plus grand pays d’Afrique.

Lorsque Omar el-Béchir s’est emparé du pouvoir, le Soudan était au beau milieu d’une guerre civile de 21 ans opposant le nord et le sud du pays.

Bien que son gouvernement ait signé un accord pour mettre fin en 2005 à ce conflit, un autre a éclaté au même moment – dans la région ouest du Darfour – où le président est accusé par la Cour pénale internationale (CPI) d’avoir commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité.

Malgré un mandat d’arrêt international délivré par la CPI, Omar el-Béchir a remporté les élections présidentielles de 2010 et 2015. Cependant, sa dernière victoire a été gâchée par un boycott des principaux partis d’opposition.

Le mandat d’arrêt a entraîné une interdiction de voyager. Mais cela n’a pas empêché Omar el-Béchir d’effectuer des visites diplomatiques en Égypte, en Arabie Saoudite et en Afrique du Sud. En juin 2015, il a été contraint de quitter précipitamment l’Afrique du Sud après qu’un tribunal sud-africain a examiné l’opportunité d’exécuter le mandat d’arrêt de la CPI.

Avant de prendre les rênes du pays, il était commandant dans l’armée, responsable de la conduite des opérations dans le sud, contre le chef rebelle John Garang, aujourd’hui décédé.

Lorsque le commandant el-Béchir signe l’accord de paix avec Garang et son Mouvement populaire de libération du Soudan, il tient à préciser que l’accord n’est pas synonyme d’échec : “Nous ne l’avons pas signé après avoir été brisés. Nous l’avons signé alors que nous étions à l’apogée de nos victoires.”

Accusations contre Omar el-Béchir

Génocide

  • Élimination des membres des groupes ethniques Four, Masalit et Zaghawa
  • Le fait de causer à ces groupes de graves préjudices corporelles ou mentales
  • Infliger des conditions d’existence susceptibles d’entraîner la destruction physique de ces groupes

Crimes contre l’humanité

  • Meurtre
  • Extermination
  • Transfert forcé
  • Viol
  • Torture

Crimes de guerre

  • Attaques contre des civils au Darfour
  • Pillage des villes et villages

Son objectif a toujours été de maintenir un Soudan unifié, mais un référendum sur la sécession du Soudan du Sud a été convenu dans le cadre de l’accord de paix.

En janvier 2011, lors du référendum, 99 % des électeurs du Soudan du Sud se prononcent en faveur de la séparation. L’État indépendant du Sud-Soudan est déclaré six mois plus tard.

Bien qu’Omar el-Béchir ait accepté l’indépendance du Soudan du Sud, son attitude à l’égard du Darfour a été caractérisée par la belligérance. Au Darfour, un conflit fait rage depuis 2003, année où les rebelles ont pris les armes. Ils accusent le gouvernement central de les marginaliser.

Omar el-Béchir rejette les accusations internationales selon lesquelles il aurait soutenu des milices janjaouid arabes accusées de crimes de guerre contre les communautés noires africaines de la région.

Un militaire avant tout

M. el-Béchir est né en 1944 dans une famille d’agriculteurs du nord du Soudan, qui faisait alors partie du Royaume égyptien. Il est membre de la tribu bédouine d’Al-Bedairyya Al-Dahmashyya.

Il s’enrôle dans l’armée égyptienne et gravit les échelons, participant à la guerre de 1973 contre Israël.

Très peu d’éléments de sa vie privée sont connus. L’ex-dirigeant soudanais n’a pas d’enfants et a pris une seconde femme à la cinquantaine. Il a épousé la veuve d’Ibrahim Shams al-Din, considérée comme un héros de guerre dans le nord.

Lors de la longue guerre civile, il a vu de nombreux collègues tomber et n’a pas hésité à recommander aux survivants de se remarier avec les veuves de guerre.

AFP Image caption L’ex-dirigeant soudanais n’a pas d’enfants et a pris une seconde femme à la cinquantaine.

Sur l’échiquier politique, deux personnalités ont tenté de tiré leur épingle du jeu lorsqu’il était à la tête de l’État.

Dans les années 1990, la première s’appelle Hassan al-Turabi, un musulman sunnite de premier plan qui, jusqu’à sa mort en 2016, a prôné la création d’un État islamique. Il avait présenté un projet de loi introduisant la Charia – la loi islamique – dans toutes les provinces, sauf dans le sud.

Après une passe d’armes en 2000, M. al-Turabi a déclaré à la BBC : “C’est un militaire qui est au pouvoir depuis un moment et il veut affirmer sa puissance militaire.”

Le second se nomme Osman Ali Taha, un homme politique qui a négocié l’accord conclu entre le nord et le sud. Mais son influence s’est estompée depuis, et le président a monopolisé le devant de la scène. “El-Béchir est apparu comme exerçant lui-même plus de pouvoir. Il n’y a pas un seul qui puisse lui faire de l’ombre”, explique Alex de Waal, un spécialiste du Soudan.

GETTY IMAGES Image caption C’est lors de rassemblements publics, souvent vêtus de son uniforme militaire, qu’Omar el-Béchir semble dans son élément – agitant sa canne en l’air.

Sa longévité au pouvoir, ajoute Alex de Waal, est probablement due au fait que les puissants rivaux du Parti du congrès national – qui dirige le pays – sont occupés à se méfier les uns des autres.

Mais les troubles politiques ont pris de l’ampleur récemment. Les manifestations dans tout le pays ont débuté en décembre 2018, après que le gouvernement a annoncé la hausse du prix du carburant et du pain.

Et cela s’est même transformé pour la plupart en un appel plus large à la démission de M. el-Béchir et de son gouvernement. Des dizaines de personnes ont été tuées au cours de la répression gouvernementale contre les manifestants et des centaines d’autres auraient été emprisonnées.

En février 2019, Omar el-Béchir a déclaré l’état d’urgence pour toute l’année, réaménageant son cabinet et remplaçant tous les gouverneurs d’État par des membres de l’armée et des forces de sécurité.

C’est lors de rassemblements publics, souvent vêtus de son uniforme militaire, qu’Omar el-Béchir semble dans son élément – agitant sa canne en l’air. Il est plus timide quand il s’agit des médias et donne rarement des interviews.

Selon les observateurs, c’est peut-être parce qu’il ne s’exprime pas très bien, contrairement à son ancien ennemi Garang, qui est mort peu de temps après être devenu vice-président.

“C’est un homme pour qui la dignité et la fierté sont très importantes (…) Il est sujet à des accès de colère, surtout quand il sent que sa fierté est blessée”, révèle Alex de Waal.

Mais il a souvent été sous-estimé, selon Alex de Waal : “Il est plus intelligent qu’il n’y paraît. C’est quelqu’un qui a l’air d’avoir une grande maîtrise des détails, mais il est très conscient du fait qu’il n’est pas très instruit.”

L’argent du pétrole coule et s’en va

Pendant une période de sa présidence, les poches se remplissaient de dollars à mesure que le pétrole coulait. Mais l’économie s’est enlisée depuis la sécession du sud, qui a emporté les trois quarts du pétrole du pays.

Omar el-Béchir a nié les accusations selon lesquelles l’accès aux fonds gouvernementaux et à l’argent du pétrole était une cause sous-jacente des troubles au Darfour.

Il a été irrité et humilié en mai 2008 lorsque les rebelles du Darfour ont failli entrer dans Khartoum, la capitale.

Beaucoup craignaient que la mise en accusation de la CPI contre lui en mars 2009, pour cinq chefs de crimes contre l’humanité et deux crimes de guerre, ne l’incite à faire preuve de fermeté.

Mais en février 2010, il a signé un cessez-le-feu avec les rebelles du JEM qui ont attaqué Omdurman. Mais le JEM a abandonné les pourparlers de paix peu après, accusant les forces de Khartoum de lancer de nouveaux raids au Darfour.

 

D’abord publié sur BBC

Comments

comments