La police algérienne interdit une manifestation

La police dans la capitale algérienne a lancé des gaz lacrymogènes et des canons à eau sur des milliers d’étudiants qui protestaient contre la nomination d’un nouveau président par intérim, qui fait partie de la décision qu’ils souhaitent supprimer. La manifestation a eu lieu mardi dans le centre-ville d’Alger. Le Parlement a officiellement confirmé le président de la chambre haute, Abdelkader Bensalah, au poste de chef de l’Etat par intérim pendant les 90 prochains jours. Il a démissionné de ses fonctions. La nomination de Bensalah est conforme à la constitution algérienne, mais les manifestants qui ont chassé Bouteflika après 20 ans au pouvoir ne sont pas satisfaits de cette décision, car il est un allié essentiel de l’ancien président et un initié chevronné de l’établissement.

En savoir plus sur : Al Jazeera

Comments

comments