2 Avril 2018 | Winnie Madikizela-Mandela est morte à 81 ans; L’apartheid combattu

Winnie Madikizela-Mandela, dont la place sacrée dans le panthéon des libérateurs d’Afrique du Sud est décédée lundi à Johannesburg. Elle avait 81 ans.

Sa mort, à l’hôpital Netcare Milpark, a été annoncée par son porte-parole, Victor Dlamini. Il a déclaré dans un communiqué qu’elle est décédée “après une longue maladie, pour laquelle elle était entrée et sortie de l’hôpital depuis le début de l’année”.

The South African Broadcasting Corporation a déclaré qu’elle avait été admise à l’hôpital au cours du week-end se plaignant de la grippe après avoir assisté à un service religieux vendredi. Elle avait été traitée pour le diabète et avait subi des interventions chirurgicales majeures à cause de l’échec de sa santé au cours des dernières années.

Charmante, intelligente, complexe, fougueuse et éloquente, Mme Madikizela-Mandela (Madikizela était son nom de famille à la naissance) était inévitablement connue de la plupart du monde par son mariage avec le révéré M. Mandela. C’était un lien qui a duré de manière ambiguë: elle a tiré un statut vanté de leur lutte partagée, et pourtant elle s’est efforcée d’être définie par lui.

Mme Madikizela-Mandela a été acclamée par ses partisans après avoir comparu en cour à Krugersdorp, en Afrique du Sud, en 1986. Elle a commandé une circonscription naturelle parmi les pauvres et les dépossédés de l’Afrique du Sud. Crédit Associated Press

Mme Madikizela-Mandela commandait une circonscription naturelle parmi les pauvres et les dépossédés de l’Afrique du Sud, et les dirigeants post-apartheid qui ont suivi M. Mandela ne pouvaient jamais ignorer son appel à un large segment de la société. En avril 2016, le gouvernement du président Jacob G. Zuma a donné à Mme Madikizela-Mandela l’un des plus grands honneurs du pays: l’Ordre de Luthuli, en partie pour ses contributions à la lutte pour la démocratie.

Mme Madikizela-Mandela a conservé une présence politique en tant que députée, représentant le Congrès national africain dominant, et elle a gardé sur une sorte de primauté dans la vie de M. Mandela, même après son éloignement.

 “Personne ne le connaît mieux que moi”, a t-elle déclaré à un interviewer britannique en 2013.

La couverture du Times de Winnie Madikizela-Mandela

Mme Madikizela-Mandela était une figure polarisante en Afrique du Sud. Jadis considérée comme une héroïne, elle a été reconnue coupable en 1991 de l’enlèvement de quatre jeunes, dont l’un a été retrouvé mort. Les allégations de corruption et de fraude ont encore terni son image de «mère de la nation».

FROM THE ARCHIVE | APRIL 9, 1967
Winnie Madikizela-Mandela’s First Mention in The Times

She was ordered to appear in court on charges under the Suppression of Communism Act. It was one of many times she was held by the South African government.

The New York Times

See full article in TimesMachine

De plus en plus,  Mme Madikizela-Mandela s’offusquait de l’idée que ses références anti-apartheid avaient été éclipsées par la stature et la célébrité mondiales de son mari et elle a lutté en vain ces dernières années pour être considérée comme la «mère de la nation». un sobriquet acquis pendant les longues années d’emprisonnement de M. Mandela . Elle a insisté sur le fait que sa contribution avait été présentée à tort comme une ombre pâle de la sienne.

“Je ne suis pas le produit de Mandela”, a-t-elle déclaré à un interviewer. “Je suis le produit des masses de mon pays et le produit de mon ennemi” – références aux dirigeants blancs de l’Afrique du Sud sous l’apartheid et à sa haine ardente, enracinée dans ses propres années de mauvais traitements, d’incarcération et de bannissement.

Conduit à son mari

Pendant que M. Mandela était détenu à l’établissement pénitentiaire de Robben Island, au large de Cape Town, où il a passé la plupart de ses 27 années en prison, Mme Madikizela-Mandela a servi de conduit principal à ses partisans, qui avaient faim de chaque indice de sa pensée et de bien-être. Le flux d’informations était cependant maigre: ses visites étaient rares et elle n’avait jamais eu de contact physique avec lui.

Mme Madikizela-Mandela a assisté au procès de son mari à Pretoria, en Afrique du Sud, en 1962. Credit Associated Press

Au fil du temps, sa réputation a été marquée par des accusations de brutalité extrême envers des transfuges soupçonnés, de mauvaise conduite et d’indiscrétion dans sa vie privée, et un radicalisme qui semblait en contradiction avec la quête d’inclusivité raciale de M. Mandela.

Elle a néanmoins cherché à rester dans son orbite. Elle était à ses côtés, brandissant le poing serré d’un vainqueur, quand il fut finalement libéré de prison en février 1990.

À ses funérailles, en décembre 2013, elle est apparue vêtue de noir près du cercueil- se plaçant presque comme si elle était la première dame en deuil – même si M. Mandela avait épousé Graça Machel, la veuve de l’ancien président mozambicain Samora Machel, 1998, à l’occasion de son 80e anniversaire, six ans après sa séparation de Mme Madikizela-Mandela et deux ans après leur divorce. C’était le troisième mariage de M. Mandela.

En 2016, Mme Madikizela-Mandela a entrepris des démarches juridiques pour obtenir la propriété de la maison de M. Mandela dans son village ancestral de Qunu. Elle soutint que leur mariage n’avait jamais été légalement dissous et qu’elle avait donc droit à la maison, que M. Mandela avait léguée à ses descendants. Les juges de la Haute Cour ont rejeté cet argument en avril. Après avoir appris qu’elle avait perdu l’affaire, elle a été hospitalisée.

Ses avocats ont déclaré qu’elle ferait appel du jugement de la Haute Cour.

“Elle qui doit supporter”

Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela est né dans une famille noble de la tribu Pondo parlant le Xhosa dans le Transkei. Son prénom, Nomzamo, signifie “elle qui doit endurer des épreuves”.

Sa date de naissance était le 26 septembre 1936, selon la Fondation Nelson Mandela et de nombreuses autres sources, bien que les premiers comptes aient donné l’année 1934.

Son père, Columbus, était un haut fonctionnaire dans la soi-disant patrie de Transkei, selon South African History Online , une archive non officielle, qui la décrivait comme la quatrième de huit enfants. (D’autres comptes disent que sa famille était plus grande.) Sa mère, Gertrude, était une enseignante qui est morte quand Winnie avait 8 ans, d’après les archives.

En tant qu’enfant aux pieds nus, elle s’occupait du bétail et apprenait à se débrouiller avec très peu de choses, contrairement à ses dernières années d’ostentation libre. Elle a fréquenté une école missionnaire méthodiste puis l’école de travail social Hofmeyr à Johannesburg, où elle s’est liée d’amitié avec Tsukudu, la future épouse d’Oliver Tambo, un partenaire juridique de M. Mandela qui a dirigé l’ANC en exil. Elle a refusé une bourse d’études aux États-Unis, préférant rester en Afrique du Sud en tant que première travailleuse sociale noire à l’hôpital Baragwanath de Soweto.

Les Mandelas se sont mariés en juin 1958. Crédit Agence France-Presse – Getty Images

Un jour de 1957, alors qu’elle attendait à un arrêt de bus, Nelson Mandela passa devant. «J’ai été frappé par sa beauté», écrit-il dans son autobiographie «Long Walk to Freedom». Quelques semaines plus tard, il se souvient: «J’étais au bureau quand je suis entré pour voir Oliver et il y avait cette même jeune femme. “

M. Mandela, approchant de 40 ans et père de trois enfants, a déclaré à sa première rencontre qu’il l’épouserait. Quelques temps après, il s’est séparé de sa première femme, Evelyn Ntoko Mase, une infirmière, pour épouser Mme Madikizela-Mandela le 14 juin 1958.

Mme Madikizela-Mandela a été mise sous les projecteurs en 1964 lorsque son mari a été condamné à la prison à vie pour trahison. Elle a été officiellement «interdite» sous des restrictions draconiennes destinées à faire d’elle une “sous personne”, incapable de travailler, de socialiser, de bouger librement ou d’être citée dans les médias sud-africains, même si elle a élevé leurs deux filles, Zenani et Zindziswa.

Lors d’une répression en mai 1969, cinq ans après que son mari a été envoyé en prison, elle a été arrêtée et détenue pendant 17 mois, 13 à l’isolement. Elle a été battue et torturée. L’expérience, écrivait-elle, fut «ce qui m’a changée, ce qui m’a rudoyée tellement que je savais ce que veut dire haïr».

Après que des noirs se soient révoltés dans le township de Soweto, à Johannesburg, en 1976, Mme Madikizela-Mandela a été de nouveau emprisonnée sans jugement, cette fois pour cinq mois. Elle a ensuite été bannie dans un township sombre à l’extérieur de la ville blanche profondément conservatrice de Brandfort, dans l’État libre d’Orange.

“Je suis un symbole vivant de tout ce qui se passe dans le pays”, écrit-elle dans “Une partie de mon âme est avec lui”, un mémoire publié en 1984 et imprimé dans le monde entier. “Je suis un symbole vivant de la peur de l’homme blanc. Je n’ai jamais réalisé à quel point cette peur était profondément enracinée jusqu’à ce que je vienne à Brandfort. “

Contrairement aux intentions des autorités, sa maison exiguée devint un lieu de pèlerinage pour les diplomates et sympathisants éminents, ainsi que pour les journalistes étrangers qui cherchaient des interviews.

Mme Madikizela-Mandela chérissait la conversation avec les étrangers et la parole du monde au-delà de ses limites. Elle méprisa beaucoup de ses restrictions, utilisant des téléphones publics exclusivement blancs et ignorant les comptoirs séparés au magasin d’alcool local quand elle commanda du champagne – des gestes qui stupéfiaient les blancs de la région.

Le bannissement a pris le péage

Pourtant, l’exclusion de Mme Madikizela-Mandela de ce qui s’est passé comme une vie normale en Afrique du Sud a pris un péage, et elle a commencé à boire beaucoup. Pendant son bannissement, d’ailleurs, sa terre a changé. À partir de la fin de 1984, les jeunes manifestants ont lancé aux autorités une audace croissante. Les troubles se propagent, incitant les dirigeants blancs à reconnaître ce qu’ils appellent un «climat révolutionnaire» et à déclarer l’état d’urgence.

Quand Mme Madikizela-Mandela est retournée chez elle à Soweto en 1985, brisant ses interdictions, elle était plus belliqueuse, déterminée à assumer le leadership de ce qui est devenu la phase décisive et la plus violente de la lutte. Selon elle, son rôle était de renforcer la confrontation avec les autorités.

La tactique était dure.

“Ensemble, main dans la main, avec nos boîtes d’allumettes et nos colliers, nous libérerons ce pays”, a-t-elle déclaré lors d’un rassemblement en avril 1986. Elle faisait allusion au “collier”, une forme d’exécution parfois arbitraire par le feu. pneu fatigué autour du cou d’un soi-disant traître, et il a choqué une ancienne génération de militants anti-apartheid. Mais sa sévérité l’a alignée avec les jeunes radicaux du canton qui ont imposé l’engagement à la lutte.

Mme Madikizela-Mandela était entourée de partisans dans le township noir de Kagiso en 1986. Credit Associated Press

À la fin des années 1980, Mme Madikizela-Mandela a permis aux dépendances autour de sa résidence à Soweto d’être utilisées par le soi-disant Mandela United Football Club, un gang de justiciers qui prétendait être son garde du corps. Il a terrorisé Soweto, invitant l’infamie et les poursuites.

En 1991, elle a été reconnue coupable d’avoir ordonné l’enlèvement de quatre jeunes en 1988 à Soweto. Le corps de l’un, un James Moeketsi Seipei de 14 ans – surnommé Stompie, un mot d’argot pour un mégot de cigarette, reflétant sa petite taille – a été retrouvé avec sa gorge coupée.

Le garde du corps en chef de Mme Madikizela-Mandela a été reconnu coupable de meurtre. Elle a été condamnée à six ans d’ enlèvement , mais la plus haute cour d’appel d’Afrique du Sud a réduit sa peine à des amendes et à un mandat d’un an avec sursis.

À ce moment-là, sa vie avait commencé à s’effilocher. Le Front Démocratique Uni, un groupe d’organisations combattant l’apartheid et lié à l’ANC, l’a expulsée. En avril 1992, M. Mandela, au milieu des pourparlers de règlement avec le président sud-africain FW de Klerk, a annoncé que lui et sa femme se séparaient. (Elle a rejeté des suggestions qu’elle avait voulu être connue par le titre “première dame.” “Je ne suis pas le genre de personne à porter de belles fleurs qui sont un ornement pour tout le monde,” a t -elle dit.)

Deux ans plus tard, M. Mandela a été élu président et lui a offert un emploi mineur à titre de sous-ministre des arts, de la culture, des sciences et de la technologie. Mais après des allégations de trafic d’influence, de corruption et de mauvaise utilisation des fonds publics, elle a été contrainte de quitter ses fonctions. En 1996, M. Mandela a mis fin à leur mariage de 38 ans, témoignant devant le tribunal que sa femme avait une liaison avec un collègue.

Ce n’est qu’en 1997, à la demande de l’archevêque Desmond M. Tutu de la Truth and Reconciliation Commission d’ Afrique du Sud, que Mme Madikizela-Mandela a présenté ses excuses pour les événements de la fin des années 1980. “Les choses se sont mal passées”, a-t-elle dit, ajoutant: “Pour cela, je suis profondément désolé.”

Mme Madikizela-Mandela lors d’une réunion en 2009 en l’honneur de son ex-mari, décédé quatre ans plus tard. Crédit Alexander Joe / Agence France-Presse – Getty Images

Pourtant, le catalogue des faux pas continua, mis en relief par son dédain hautain envers ses accusateurs. En 2003, elle a été reconnue coupable d’avoir utilisé son poste de présidente de la Ligue des femmes de l’ANC pour obtenir des prêts frauduleux; elle a été condamnée à cinq ans de prison. Mais sa condamnation a de nouveau été suspendue en appel, un juge ayant conclu qu’elle n’avait pas tiré personnellement profit des transactions.

Pour finir, Mme Madikizela-Mandela est restée une figure polarisante en Afrique du Sud, admirée par les loyalistes qui étaient prêts à se concentrer sur sa contribution à la fin de l’apartheid, vilipendée par les critiques qui voyaient avant tout ses défauts. Cependant, peu de gens pouvaient ignorer ses contradictions troublantes.

“Alors qu’il se passe aujourd’hui quelque chose d’un révisionnisme historique dans certains quartiers de notre nation qui qualifie la seconde femme de Nelson Mandela de figure révolutionnaire et héroïque”écrit le chroniqueur Verashni Pillay dans le journal sud-africain The Mail and Guardian. 

Comments

comments