Review du 27 Février 2019 | Infos pertinentes en Afrique

Buhari gagne les faveurs du Nigeria

Le président nigérian Muhammadu Buhari a remporté un second mandat. Il a gagné par 3,9 millions de voix, après avoir recueilli 15,2 millions, soit 56% des voix. Le taux de participation, basé sur des votes valides, était de 33,2%. À l’élection présidentielle de 2015, le taux de participation était de 44%. Quelques heures après l’annonce du président vainqueur de l’élection différée de samedi, Atiku Abubakar a déclaré que la raison pour laquelle il n’avait pas appelé Buhari pour le féliciter était parce qu’il “n’avait jamais vu notre démocratie aussi dégradée”. Le chef de l’opposition nigériane a dénoncé le scrutin comme un «simulacre» et s’est engagé à monter un défi judiciaire.

En savoir plus sur : VOA

Le ministre égyptien des Transports démissionne après un incendie de train meurtrier

Au moins 25 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées après qu’un train se soit écrasé à grande vitesse dans une barrière de la gare principale du Caire, provoquant l’explosion de son réservoir de carburant et un énorme incendie. L’explosion et l’incendie ont dévasté des personnes sur le quai de la station occupée de Ramsès au centre-ville du Caire. Une vidéo de surveillance partagée par les médias locaux a montré le moment de l’impact lorsque la voiture a percuté des personnes qui étaient ensuite envahies par les flammes et la fumée. Le ministre égyptien des Transports, Hisham Arafat, a démissionné quelques heures après que le Premier ministre, Mostafa Madbouly, ait promis une réponse ferme si une négligence était constatée. Les Égyptiens se sont longtemps plaints du fait que le gouvernement n’avait pas réussi à faire face aux problèmes de transport chroniques et aux lignes ferroviaires mal entretenues.

En savoir plus sur: The Guardian

Zimbabwe – Nouvelle quasi-monnaie : le scepticisme demeure

Le gouvernement zimbabwéen a introduit une nouvelle devise la semaine dernière dans le but d’inverser les pénuries chroniques de liquidités qui font que les populations ont du mal à se procurer les produits de base.

Si des hommes d’affaire et économistes ont félicité la décision d’abandonner l’ancrage irréaliste du dollar aux obligations de substitution et aux dollars électroniques du pays, ils craignent que le gouvernement n’ait pas la discipline budgétaire et monétaire nécessaire pour respecter son engagement de réduire le déficit budgétaire et ainsi contenir l’inflation.

“Je pense que nous devons essayer la voie de l’adoption du rand, si nous pouvons adopter le rand jusqu‘à un moment où tout se stablilise, nous pouvons alors introduire notre propre monnaie. Mais sinon, avec des industries fermées et une économie aussi informelle que ce que nous avons en ce moment, je ne pense pas que ce soit une bonne idée d’instaurer le RTGS, mais plutôt d’adopter le rand”, a réagi Godfrey Chinani, marchand de pièces détachées de véhicule.

Lire la suite sur Africanews

Le plus grand groupe de télévision payante d’Afrique MultiChoice fait ses débuts à la Bourse de Johannesburg

Le géant du commerce en ligne sud-africain Naspers a décidé de créer MultiChoice après avoir été sous pression ces dernières années afin de trouver un moyen de réduire la réduction de valeur entre sa valeur de marché et celle de son tiers du groupe chinois Tencent. Naspers n’a pas tiré d’argent de la liste, les 439 millions d’actions ayant été distribuées aux actionnaires actuels de Naspers à raison de un pour un pour ses actions cotées et une pour cinq actions de catégorie A non cotées. Fondé il y a 30 ans, MultiChoice touche environ 14 millions de foyers dans 50 pays africains, proposant à la fois des produits de télévision payante et un nouveau service de streaming appelé Showmax.

En savoir plus sur: Mybroadband

Un cas pour des politiques fondées sur des preuves en Afrique

Les pays africains connaissent également la révolution en ce qui concerne le volume, les types, les sources, la fréquence et la vitesse de production des données. Ceci est particulièrement vrai dans le secteur de la population et de la santé. Le domaine public contient plus d’informations que jamais sur la population et la santé. Les ministères de la santé de la plupart des pays africains procèdent à des examens périodiques des programmes de santé pour déterminer si les politiques produisent les résultats souhaités. Les pays entreprennent également des évaluations sur l’incidence, la distribution et le contrôle des maladies. Cela se fait par une analyse fréquente des données recueillies régulièrement dans le but d’améliorer les programmes. Ces examens périodiques constituent généralement une contribution importante aux plans stratégiques nationaux. Cependant, la collecte de données précises et à jour, leur utilité, leur utilisation et leur capacité d’analyse posent encore des problèmes.

En savoir plus sur: The Conversation 

Comments

comments