Review du 23 Février 2019 | Informations pertinentes en Afrique

Soudan: le président Omar el-Béchir limoge le gouvernement et proclame l’état d’urgence pour un an dans tout le pays

«J’annonce l’état d’urgence dans tout le pays pour un an», a déclaré vendredi le président soudanais dans un discours télévisé à la nation. «J’annonce la dissolution du gouvernement aux niveaux fédéral et provincial», a-t-il ajouté. Ces annonces interviennent alors que le pays est secoué depuis deux mois par des manifestations.

RFI

Élections au Nigeria : retour sur un scrutin qui s’est déroulé dans le “calme”

Les premiers bureaux de vote ont commencé à fermer à travers le Nigeria, qui élisait samedi son nouveau président et ses députés dans un calme relatif, malgré seize personnes tuées dans des violences et des bureaux de vote saccagés dans quelques Etats du pays.

Dans ce pays de 190 millions d’habitants, où les violences sont quotidiennes et où de nombreuses régions sont en proie aux groupes criminels, notamment en période électorale, un bilan de seize tués reste assez bas.

Dans l’Etat de Rivers (sud-est), réputé pour son taux élevé de violence et de criminalité, des hommes armés ont abattu un homme politique local, membre du Congrès des progressistes (APC, au pouvoir) ainsi que son frère.

Lire la suite sur Africanews

Algérie : sur fond de heurts, la colère de la rue contre le cinquième mandat de Bouteflika

Les prospectivistes tablent déjà sur un retrait de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika, malade et affaibli, au profit d’une personnalité plus consensuelle au sein de sa famille politique. Ce serait en tout cas une réponse immédiate à la trentaine de marches de protestation à travers toute l’Algérie ce vendredi 22 février. Bravant l’interdiction de manifester, les Algériens sont massivement sortis dans les rues pour opposer un «non» à la candidature à un cinquième mandat du président sortant qui règne sur le pays depuis 1999. Non sans heurts.
«Pas de cinquième mandat», «Ni Bouteflika, ni Saïd». Le mot d’ordre est clair pour un mouvement qui s’est voulu spontané, à l’abri des tentatives de récupération politique de l’opposition. Ce vendredi 22 février, lorsqu’ils sont venus scander leurs mots d’ordre de protestations, les milliers de personnes qui sont sorties dans les rues d’Alger ont fait passer le message : non à la candidature à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika !

Lire la suite sur Afrique La Tribune

 

Comments

comments