ONU : Les migrants et les réfugiés qui traversent la Libye sont soumis à des “horreurs inimaginables”

Les migrants et les réfugiés qui traversent la Libye sont soumis à des “horreurs inimaginables” dès leur entrée dans le pays, pendant leur séjour et – s’ils parviennent à survivre – lors de leurs tentatives de traverser la mer Méditerranée , selon un rapport de l’ONU publié ce jeudi.

Le rapport de 61 pages a été publié conjointement par la Mission d’appui des Nations Unies pour la Libye (MANUL) et le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme. Il couvre une période de 20 mois jusqu’en août 2018. Le texte détaille une litanie de terribles violations et abus à l’encontre de migrants et de réfugiés commis par des agents de l’État, ainsi que par des groupes armés et des trafiquants d’êtres humains. Les atrocités comprennent des homicides illégaux, des actes de torture, des détentions arbitraires, des viols collectifs, l’esclavage, le travail forcé et l’extorsion.

Sur la base des informations recueillies lors d’entretiens avec des experts des droits de l’homme en Libye, au Nigeria et en Italie auprès de 1 300 personnes, le rapport décrit l’ensemble du parcours des migrants et des réfugiés de la frontière sud de la Libye, à travers le désert jusqu’à la côte nord. Un voyage “marqué par le risque d’être victime de violations des droits de l’homme et d’abus à chaque étape”.

Le climat d’illégalité en Libye fournit un terrain fertile pour des activités illégales florissantes, telles que le trafic d’êtres humains, et laisse les migrants et les réfugiés “à la merci d’innombrables prédateurs qui les considèrent comme des marchandises susceptibles d’être exploitées et extorquées”, a-t-il déclaré. rapport.

“La très grande majorité des femmes et des adolescentes interrogées par la MANUL ont déclaré avoir été violées dans un groupe par des passeurs”, indique le rapport. Les fonctionnaires des Nations Unies qui ont visité les 11 centres de détention, où des milliers de migrants et de réfugiés sont détenus, ont enregistré des cas de torture, de mauvais traitements, de travaux forcés et de violations des mains des gardes. Ils ont également signalé que les femmes sont détenues dans des centres sans gardes, ce qui accroît le risque d’abus et d’exploitation sexuels. Les détenus sont souvent déshabillés et soumis à des fouilles effectuées ou observées par des hommes.

Les gardes-côtes libyens (GCL) interceptent de plus en plus d’interpellés les migrants ou les réfugiés qui parviennent à rejoindre la côte pour tenter de traverser la dangereuse traversée de la mer Méditerranée type d’abus dont ils se sont échappés.

Les quelque 29 000 migrants renvoyés en Libye par la CGL depuis le début de 2017 ont été transférés dans des centres de détention gérés par le Département de la lutte contre la migration illégale, où des milliers de personnes sont toujours détenues indéfiniment et arbitrairement, sans procédure régulière ni accès à un avocat ou aux services consulaires. . 

Le rapport affirme que la Libye ne peut pas être considérée comme un lieu sûr pour les migrants ou les réfugiés après avoir été secourue ou interceptée en mer, compte tenu des risques considérables de faire l’objet de graves violations des droits de l’homme, et souligne que ces “retours chauds” “Ils ont été considérés par le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture comme des violations du principe de non-refoulement, interdit par le droit international.

Le rapport exhorte l’Union européenne et les États membres à reconsidérer le coût humain de leurs politiques et de leurs efforts pour contenir les migrations en Europe, et à veiller à ce que leur coopération et leur assistance aux autorités libyennes reposent sur les droits de l’homme, conformément aux obligations qui lui incombent en vertu du droit international relatif aux droits de l’homme et du droit des réfugiés, et qui n’entraîne pas le blocage des hommes, des femmes et des enfants dans des situations de violence avec peu d’espoir de protection ou de réparation.

Les migrants retenus dans les sceptres sont systématiquement soumis à la famine et à des coups, brûlés avec des objets métalliques incandescents, électrocutés et soumis à d’autres formes de sévices afin d’extorquer de l’argent à leurs familles et de demander de l’argent par le biais d’un système de transfert complexe. 

Les centres de détention se caractérisent par un surpeuplement, un manque de ventilation et de clarté et des installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement inadéquates. Outre les exactions et les actes de violence perpétrés contre les personnes qui y sont détenues, de nombreux migrants et réfugiés souffrent de malnutrition, d’infections de la peau, de diarrhée aiguë, d’infections respiratoires et d’autres affections, ainsi que de soins médicaux inadéquats. Les enfants sont détenus avec des adultes dans des conditions misérables.

Le rapport suggère que “certains acteurs de l’Etat – y compris des responsables locaux, des membres de groupes armés officiellement intégrés aux institutions et des représentants des ministères de l’Intérieur et de la Défense – seraient complices du système de traite des migrants et des réfugiés. “

“Il y a un échec local et international pour s’attaquer à la misère humaine cachée qui continue de se produire en Libye”, a déclaré le représentant spécial du secrétaire général de la MANUL et du chef, Ghassan Salamé.

De nombreuses personnes sont détenues dans des centres non officiels et illégaux gérés par des groupes armés et des gangs criminels. Les migrants et les réfugiés sont souvent vendus par un groupe criminel à un autre et sont tenus de payer plusieurs rançons. “De nombreux migrants et réfugiés ont perdu la vie alors qu’ils étaient retenus prisonniers par des trafiquants après avoir été abattus, torturés à mort ou simplement laissés pour mourir de faim ou de négligence médicale”, selon le rapport.

“Dans toute la Libye, des corps non identifiés de migrants et de réfugiés sont blessés par balle, avec des marques de torture et des brûlures dans des décharges, des rivières, des fermes ou dans le désert”, ajoute le texte.

“La situation est horrible”, a déclaré Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme.

“Si l’on luttait contre l’impunité généralisée, cela mettrait fin non seulement aux souffrances de dizaines de milliers de femmes, hommes et enfants migrants qui ne cherchent qu’une vie meilleure, mais saperait également l’économie parallèle illicite fondée ces personnes, et cela contribuerait à établir l’ordre public et les institutions nationales “.

FIN

Lisez le rapport en entier uniquement en anglais.

Accédez à l’ infographie du rapport.

Pour plus d’informations et les demandes de presse, veuillez contacter: Rupert Colville – + 41 22 917 9767 /  rcolville@ohchr.org  ou Ravina Shamdasani – + 41 22 917 9169 /  rshamdasani@ohchr.org  ou Marta Hurtado (espagnol) – + 41 22 917 9466 / mhurtado@ohchr.org

2018 marque le 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme , adoptée par l’ONU le 10 décembre 1948. La Déclaration universelle repose sur le principe suivant: “Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. ” Il reste pertinent pour tout le monde, tous les jours. En l’honneur du 70e anniversaire de ce document extrêmement influent et afin d’éviter que ses principes ne soient érodés, nous exhortons tous le mouvement Debout pour les droits de l’homme : www.standup4humanrights.org .

 

GENÈVE / TRIPOLI (20 décembre 2018)

Image à la Une Slate

Comments

comments