Les universités publiques libériennes exemptes de droits de scolarité

Le président du Libéria, George Weah, a déclaré que l’Université du Libéria et toutes les universités publiques étaient libres de droits de scolarité pour les étudiants de premier cycle du pays.

Il a fait cette annonce devant des centaines d’élèves enthousiastes mercredi au campus Capitol Hill de l’Université du Libéria à Monrovia, lors d’une visite prévue à l’école.

La déclaration, selon l’ancienne star du football, était de faire du Libéria un exemple pour les autres pays africains du continent, rapportent les médias locaux, The African Exponent

Cette annonce est une surprise, car elle fait suite à une manifestation d’augmentation des frais de scolarité des étudiants de l’Université du Libéria qui avaient récemment rencontré le président dans ses bureaux des affaires étrangères, où ils se sont plaints des frais d’inscription de l’année universitaire 2018/2019.

Les étudiants payaient 4 USD (400 USD) par heure de crédit le semestre dernier, mais le montant a été porté à 600 USD par heure de crédit ce semestre, rapporte Front Page Africa . Les étudiants dirigés par Flomo Mao Maiwo ont déclaré que la décision de l’université n’était pas dans l’intérêt des étudiants.

Le rapport ajoute que les étudiants se sont également plaints d’une violation de la politique de l’université selon laquelle la décision d’augmenter les frais d’inscription ne devrait pas être unilatérale, mais soumise à l’approbation du conseil d’administration de l’UL, du conseil de la faculté, de la direction des étudiants et du président. du Libéria.

Le président a convoqué les dirigeants de l’université la semaine dernière après avoir rencontré les étudiants. Il a par la suite annoncé la visite de l’école. Les autorités scolaires avaient expliqué mardi qu’il ne s’agissait pas d’une hausse des frais de scolarité, mais plutôt d’un problème de taux de change, car elles facturaient les étudiants en dollars américains.

«En fait, notre taux est meilleur et tout à fait inférieur au taux approuvé par la Banque centrale du Libéria (CBL). Nos frais de scolarité sont toujours de 4 USD par heure de crédit. C’est simplement que ces étudiants, qui se plaignent et ne comprennent pas comment l’ajustement est fait, convertissent 4 USD au taux actuel, vous remarquerez alors que nous n’avons pas augmenté les frais d’inscription », a déclaré Norris Tweah, vice-président des Relations publiques de l’Université du Libéria, à Front Page Afrique.

L’Université du Libéria a enregistré une faible inscription d’étudiants ce semestre avec seulement environ 11 000 étudiants inscrits sur environ 20 000 à la suite de la hausse des frais de scolarité. La déclaration du président Weah intervient en l’absence du Dr Ophelia Weeks, présidente de l’Université du Libéria, qui se trouverait au Kenya pour un important sommet sur l’éducation.

Les détails de la nouvelle politique de gratuité des frais de scolarité et de la source de financement n’ont pas été révélés par le gouvernement libérien. Si elle est mise en œuvre, ce sera la première de ces politiques en Afrique subsaharienne. Les autres universités publiques du pays sont le Booker Washington Institute, la faculté de droit Louis Arthur Grimes et la William VS Tubman University.

Comments

comments