09 mai 1960 | Le Cameroun devient indépendant, prend le nom de République du Cameroun

Monsieur Ahmadou Ahidjo élu à l’unanimité premier président de la République du Cameroun, il chargera donc Monsieur ASSALE Charles de former le premier gouvernement du Cameroun indépendant.


Le Cameroun entre comme membre de l’ONU le 20 septembre 1960, le Cameroun sous tutelle Britannique se divise en deux : le Cameroun Septentrional (Northern Cameroons) et le Cameroun Méridional (Southern Cameroons).
* Le Northern Cameroons : il a près de 44 000 km² et 687 100 Habitants, rattaché à la province du Nord du Nigéria. Il a été Administré comme partie intégrante de la fédération Nigérienne, Les dirigeants voulaient voir le Cameroun Septentrional rattaché au Nigéria mais la majorité n’étant pas d’accord, l’ONU a demandé un plébiscite le 07 Novembre 1959 la majorité s’est prononcée contre le rattachement.
* Le Southern Cameroons : le pays mesure 42 000km² avec 753 000 habitants, son économie grâce à un sol fertile repose sur l’agriculture. Sur le plan politique, le pays fut d’abord rattaché à la province méridionale du Nigéria, puis à la province Orientale, puis il fut divisé en 02 régions avec les Chefs lieu de Bamenda au Nord et Buéa au sud. En 1945 le Cameroun méridionale devient une Région autonome ayant une assemblée de 25 membres à partir de 1957, il prend le nom de “Southern Cameroons”, il a son Gouvernement, son Assemblée, son conseil de chefs ; le premier gouvernement présidé par le docteur ENDELEY est mis en place le 15 Mai 1958 ; il sera remplacé un an plus tard par le Gouvernement présidé par Monsieur FONCHA, favorable à la réunification. Nous constatons donc que l’évolution politique du Cameroun Méridional est donc assez semblable à celle du Cameroun Oriental, on retrouv
e les partis politiques suivants :
– Le Kamerun National Congress (KNC) du Docteur Endeley, qui est partisan de l’annexum du Cameroun par le Nigéria.
– Le Kamerun people’s party (KPP); le Kamerun Naturel Démocratie party (PNDP) de Monsieur Foncha qui milite avec succès pour la réunification.
– le One Kamerun party de Monsieur Ntumazah. 
L’assemblée Général des nations unies, au cours de sa session de Mars 1959 avait adopté sur le Cameroun britannique une résolution qui recommandait à la grande Bretagne d’organiser sous la surveillance des Nations Unies, des plébiscites séparés dans la partie septentrionale et dans la partie méridionale du Cameroun pour connaitre le désir des populations sur leur avenir. Un premier plébiscite à lieu 07 Novembre 1959 au Cameroun, selon le vœu de l’ONU pour savoir si cette partie du pays désire faire partie du Nigéria ou pas, la majorité se prononce négativement. Un autre plébiscite intéressant les deux parties du Cameroun, a lieu le 11 février 1961, le Cameroun septentrionale se prononce pour le rattachement au Nigéria, le 1er Juin 1961 la partie septentrionale de notre pays est rattachée au Nigéria ce jour est considéré comme deuil national au Cameroun.
Le Cameroun méridional se prononce pour la réunification avec la république du Cameroun.
Le 09 juillet 1961, une conférence réunit à Foumban, le délégué des 02 parties du pays pour jeter les bases constitutionnelles de la future fédération ; la célébration est fixée et célébrée le 1er Octobre 1961, la République Fédérale du Cameroun réunit à nouveau les 02 parties du pays séparées depuis plus de 40 ans ; donc nous avons maintenant la République fédérale du Cameroun née de cette réunification des 02 Cameroun.
Le siège du gouvernement fédéral et l’Assemblée nationale est à Yaoundé. Les emblèmes Nationaux sont :
Devise : paix-Travail-Patrie
Drapeau : vert, rouge, jaune à 03 bandes verticales d’égales dimensions frappé de 02 étoiles d’or dans la bande verte, chaque étoile représente chacun des Etats fédérés.
l’Hymne National : Ô Cameroun, berceau de nos ancêtres
les langues Officielles : Français et anglais
La République Féderale du Cameroun
La République Fédérale du Cameroun est née le 1er Octobre 1961 à la suite du référendum réunifiant les anciens Cameroun oriental et Occidental, avec pour président El Hadj Ahmadou AhidjoAhmadou Ahidjo, et pour vice John Ngu Foncha.
Foncha
La République Unie du Cameroun
Le 06 Mai 1972, le président El Hadj Ahmadou Ahidjo, président de la république fédérale du Cameroun annonçait devant l’assemblée nationale, la décision d’organiser un référendum pour l’institution immédiate d’un Etat unitaire.
Le 20 Mai 1972, le référendum à une majorité écrasante créait la République Unie du Cameroun.
Les emblèmes nationaux restent les mêmes sauf le drapeau qui perd une étoile et donc il reste une étoile qui n’est plus sur le sur la couleur verte mais sur le rouge et au centre ;
Drapeau actuel Le président de la République est le chef de l’Etat et du Gouvernement ; il n’ya qu’un seul gouvernement composé de Ministres désignés par le chef de l’Etat, L’Assemblée nationale est la seule Assemblée représentative de l’ensemble de la République ; elle compte 120 Députés élus au suffrage universel.
La République du Cameroun
Le 6 novembre 1982, Paul BIYA, alors Premier Ministre depuis 1975, accéda à la magistrature suprême, en vertu de la Constitution (amendement du 29 juin 1979) suite à la démission d’Ahmadou Ahidjo. Ce changement, considéré au départ comme un modèle de transition politique, fut ébranlé par d’énormes difficultés du fait de la volonté de l’ancien président de s’accrocher à un pouvoir qu’il avait librement abandonné.
Paul Biya Le 22 août 1983, le nouveau chef de l’Etat annonça la découverte d’un complot ourdi contre la sécurité de l’Etat par les partisans de l’ancien président. Le peuple camerounais se rangea du côté du nouveau Président dont l’action se fondait sur la rigueur et la moralisation, tel que prôné par le Président Paul BIYA. Ahmadou AHIDJO, qui s’était alors installé à l’étranger, fut obligé de démissionner du poste de président du parti qu’il occupait jusque-là. Un Congrès extraordinaire du parti fut alors convoqué le 14 septembre 1983, à l’occasion duquel M. Paul BIYA fut élu Président national de l’UNC. Cette élection permit de mettre un terme au bicéphalisme qui existait entre l’Etat et le parti.
Le problème de la légitimité constitutionnelle et populaire du nouveau Président fut finalement résolu par l’organisation d’une élection présidentielle anticipée le 4 janvier 1984 au Cours de laquelle la double légitimité de M. Paul BIYA fut confirmée par plus de 99 % de suffrages exprimés.

 

 

Source: Franck Mensah Gampson

Comments

comments