7 avril 2017 | L’Afrique du Sud convoquée par la CPI

La Cour pénale internationale (CPI) de La Haye a convoqué l’Afrique du Sud le 7 avril pour s’expliquer sur son refus d’arrêter le président soudanais, Omar Hassan al Bashir, lors d’une visite qu’il a effectuée dans le pays il y a deux ans.

Le gouvernement de Pretoria a exprimé fin 2015 l’intention de quitter la CPI après des critiques émises à son encontre pour ne pas avoir exécuté ce mandat d’arrêt lancé contre le président du Soudan, accusé de génocide et de crimes de guerre.

Une haute responsable du gouvernement, Ayesha Johaar, a déclaré mercredi que la convocation de la CPI concernait “le non-respect par l’Afrique du Sud de ses obligations en tant qu’Etat membre de la CPI et le président du Soudan”.

La Haute Cour d’Afrique du Sud a le 22 février jugé contraire à la Constitution la décision du gouvernement de se retirer de la CPI. Le gouvernement, qui considère sa présence à la CPI incompatible avec la législation sud-africaine, entend maintenir sa décision de retrait.

Active depuis 2002 et composée de 124 Etats membres, la CPI est la première juridiction ayant une compétence internationale permanente pour juger les cas de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre. Plusieurs pays africains reprochent à cette instance créée par le traité de Rome en 1998 de concentrer ses efforts sur l’Afrique.

 

Reuters

Comments

comments