Libye : Saïf al-Islam , le fils de Mouammar Kadhafi annonce sa candidature à l’élection présidentielle

Seïf El-Islam Kadhafi, fils du défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a annoncé sa participation à l’élection présidentielle libyenne. L’annonce a été faite à Tunis, ce lundi 19 mars 2018 , date historique qui renvoie au début des frappes de la Libye par l’aviation de l’Otan en 2011.

C’est par la voix d’un de ses représentants, Aymen Bouras, que l’annonce é été faite. Aymen Bouras a souligné que «Seïf El-Islam Kadhafi, à travers sa candidature pour la prochaine élection présidentielle, n’aspire pas au pouvoir au sens traditionnel mais à sauver la Libye». Et d’ajouter : «Seïf El-Islam tend la main à tous ceux qui veulent du bien à la Libye, que ce soit au niveau local, régional ou international.» Dans son exposé, le conseiller du fils de Kadhafi explique que son programme de réforme comprend «une vision politique, sécuritaire et sociale intégrée pour la Libye».

De son côté, Khalid El-Ghuwail, l’avocat de Seïf El-Islam Kadhafi, a confié que son client déposera sa candidature dès l’ouverture des dépôts des candidatures et des listes électorales. Sans promettre un retour à l’ère Kadhafi, Seïf El-Islam mise essentiellement sur un vaste élan de soutien dans le pays, ravagé par la guerre civile depuis six ans, et aujourd’hui pris en tenailles entre deux clans qui se disputent le pouvoir et les zones d’influence : l’Armée nationale libyenne dirigée par le maréchal Haftar à l’Est (pro-saoudien) et le gouvernement de Tripoli (pro-qatari). Ces tiraillements incessants entre les deux camps ont largement favorisé l’émergence des groupes terroristes, à l’image de Daech qui s’y est incrusté et menace désormais la sécurité et la stabilité de toute la région d’Afrique du Nord et du Sahel.

Conscient des enjeux et de la complexité de la situation, Seïf El-Islam Kadhafi veut mobiliser la majorité silencieuse dans cette bataille décisive pour l’avenir de la Libye. C’est le seul moyen pour lui de briser le carcan des allégeances et reconstruire l’unité nationale.

Bien qu’il soit réclamé par la Cour pénale internationale, Saïf al-Islam jouit toujours d’une popularité importante en Libye. Cette popularité dépasse les frontières du pays et s’étend à différents pays africains.

Depuis sa libération de la prison de Zintan en juin 2017, il ne dévoile pas le lieu où il se trouve mais tout récemment l’un de ses proches a déclaré qu’il était toujours à Zintan, qu’il ne vivait pas isolé et qu’il rencontrait des sympathisants et même multipliait les contacts avec des pays influents en Libye.

beninwebtv

Comments

comments