20 mars 1956 | Tunisie: Proclamation de l’indépendance

C’est l’aboutissement des revendications menées par le Destour, un parti fondé en 1920 par le cheikh Talhabi, et plus encore le Néo-Destour, un parti indépendantiste plus radical que le précédent, fondé en 1934 par habib Bourguiba . Celui-ci est aussitôt arrêté et relâché deux ans plus tard par le gouvernement de Léon Blum.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en novembre 1942, la Tunisie est occupée par laWehrmacht en réplique au débarquement anglo-saxon en Afrique du Nord mais les Allemands doivent évacuer le pays dès le 13 mai 1943 et dès le 27 mars 1944, le général de Gaulle rétablit par décret l’ancien protectorat.

La déception est grande chez Bourguiba et ses partisans qui se lancent dans des actions violentes contre les autorités françaises. Bourguiba est arrêté une nouvelle fois par le résident général en janvier 1953 cependant que se multiplient les actes terroristes.

Après la chute de Dien Bien Phu et les accords de Fontainebleau sur l’indépendance du Vietnam, le 31 juillet 1954, le président du conseil Pierre Mendès France  se rend à Tunis et, par son «discours de Carthage», reconnaît l’autonomie interne de la Tunisie, premier pas vers l’indépendance, qui intervient près de deux ans plus tard. Entre temps, la guerre d’indépendance a éclaté dans l’Algérie voisine.

Dans le mois qui suit, le Néo-Destour s’assure une majorité écrasante aux élections. Son chef Bourguiba, devenu le chef du gouvernement, abolit le beylicat et proclame la République le 25 juillet 1957.

 

Source : Herodote

Comments

comments