Rwanda : le gouvernement met aux enchères des actifs de l’opposante Diane Rwigara

L’autorité fiscale au Rwanda a annoncé vendredi qu’elle mettrait aux enchères les biens appartenant à la famille de l’opposante emprisonnée Diane Rwigara. Le camp de la candidate à la dernière présidentielle crie à l’abus de pouvoir.

Dès le 28 mars 2018, les actifs de l’entreprise de cigarettes Premier Tobacco Company, détenue par la famille de Diane Rwigara seront mis à la disposition du public pour une vente aux enchères. L’objectif derrière l’opération est de récolter les 6 millions de dollars d’arriérés d’impôts que la société est accusée d’avoir accumulés. Les personnes intéressées par les biens peuvent déjà les visiter dès le mardi dans les locaux de l’entreprise à Gikondo, Kigali.

La famille Rwigara, qui entend interjeter appel de cette décision conteste ces accusations et évoque plutôt des “motivations” politiques suscitées par la candidature de Diane Rwigara à la présidentielle de 2017 et ses critiques contre le gouvernement.

Deux jours après avoir déclaré sa candidature, la jeune opposante avait vu des présumées photos d’elle nues émaner sur les médias sociaux. Cette affaire n’a jamais été élucidée. Elle a par la suite été arrêtée en septembre, avec sa mère, pour “faux et usage de faux”, pour avoir formé et dirigé illégalement une organisation et pour “déstabilisation” du pouvoir.

En début d’année, sa famille s’est opposée devant le tribunal du commerce à l’administration fiscale, qu’elle accuse d’avoir saisi illégalement les comptes bancaires et les actifs de la société de tabac dont les ordinateurs, les livres de compte et les entrepôts de l’usine. Mais elle a été déboutée.

La saga Rwigara a ravivé chez les organisations de défense des droits de l’homme et l’opposition des craintes de violation systématique des droits de l’homme par le gouvernement, notamment en ce qui concerne toute voix dissidente. Un tableau qui contraste avec les prouesses réalisées par le président Paul Kagame depuis son arrivée au pouvoir après le génocide de 1994.

 

Africanews

Comments

comments