17 Mars 1980 | Mali: Abdoul Karim Camara, dit Cabral, président de l’Union national des élèves et étudiants du Mali, est torturé et assassiné

Étudiant en philo-pédagogie à l’Ecole normale supérieure (ENSUP), Abdoul Karim Camara est élu le  président de l’Union des élèves et étudiants du Mali (UNEEM) lors du congrès qui se tient dans la clandestinité de cette organisation récemment dissoute par le régime autoritaire de Moussa Traoré. Le congrès lance un mot d’ordre de grève pour réclamer la libération de lycéens arrêtés lors de manifestation à Ségou. Des manifestations étudiantes sont violemment réprimées.

Abdoul Karim Camara est arrêté le  alors qu’il se trouvait dans un camion en direction de la Guinée. Il est amené au commissariat du 2e arrondissement de Bamako où on le torture et le force à enregistrer un appel de fin de la grève qui est diffusé sur la radio nationale. Il est ensuite emmené et torturé au camp para de Djikoroni à Bamako, où il meurt de ses blessures le lendemain.

Le 16 mars 2014, Almahamoud Sidibé, commissaire de police à la retraite, témoigne lors d’une conférence de sa présence lors des sévices infligés à Cabral par la police, et reconnait avoir amené le corps du jeune garçon à l’hôpital où un médecin a confirmé sa mort

Commémoration

Depuis la chute de Moussa Traoré et la mise en place de la démocratie au Mali, l’assassinat d’Abdoul Karim Camara est commémoré chaque année le 17 mars. Un monument en son souvenir a été érigé à Bamako et le lycée de Ségou porte son nom.

 

Wikipédia

Image à la Une: Monument à la mémoire d’Abdoul Karim Camara, dit « Cabral », à Bamako.

Comments

comments