Winnie Mandela est l’une des figures politiques les plus controversées d’Afrique du Sud

Née Nomzamo Winifred Zanyiwe Madikizela, elle était un symbole puissant de la lutte anti-apartheid avec son mari de l’époque, l’emblématique Nelson Mandela, pendant près de trois décennies. Mais sa réputation a été entachée par une condamnation pour fraude et des accusations de meurtre, ce qu’elle a nié.

Le couple politique le plus célèbre d’Afrique du Sud, divorçait en 1996, mais Winnie a gardé le nom de famille de Nelson Mandela et a maintenu des liens avec lui.

On se souvient encore que Mme Madikizela-Mandela lui rendait souvent visite à l’hôpital après avoir été admise avec une infection pulmonaire récurrente en juin 2013 et figurait en bonne place dans les célébrations pour son 95e anniversaire le mois suivant, ce qui a conduit les critiques à lui reprocher de toujours agir en qualité d’ épouses.

Née à Bizana dans le Transkei en 1936, elle rencontra M. Mandela en 1957. Il était alors marié à Evelyn Mase mais le mariage se brisait.

L’année suivante, ils se sont mariés – elle était une jeune mariée, 16 ans son junior, glamour et volontaire.

Cependant, ils étaient destinés à avoir peu de temps ensemble en tant qu’activisme politique et une période de clandestinité a maintenu M. Mandela loin d’elle.

Il a été emprisonné à vie en 1964 et n’a été libéré qu’en 1990.

Pendant son incarcération, elle a assumé un rôle de plus en plus politique, en partie à cause du harcèlement constant de la police de sécurité sud-africaine.

Elle est devenue un symbole international de la résistance à l’apartheid et un point de ralliement pour les pauvres citadins noirs qui réclamaient leur liberté.

Banni

Cela lui a valu le surnom de «Mère de la Nation».

Sa résistance au harcèlement et son soutien à la cause anti-apartheid ont conduit à des périodes d’emprisonnement à partir de 1969, dont une grande partie a été mise à l’isolement.

En 1976, l’année des émeutes de Soweto, elle a été bannie du canton dans une zone rurale reculée. Cela n’a pas mis fin à ses problèmes et à un moment sa maison a été incendiée.

La suspicion est tombée sur les forces de sécurité sud-africaines.

Vers le milieu des années 1980 et le début d’une longue période de militantisme de township contre le gouvernement blanc du président PW Botha, elle était de retour à Soweto et au cœur de la lutte.

Son image et son activisme lui ont attiré de nombreux militants anti-apartheid, y compris un groupe de jeunes hommes qui sont devenus ses gardes du corps personnels.

Ils sont devenus connus comme le club de football de Mandela United.

Sa notoriété a conduit à une grande influence sur les jeunes activistes des townships radicaux mais aussi à une controverse grandissante.

Alors que les militants faisaient appel à des informateurs de police ou à des collaborateurs soupçonnés, l’utilisation de pneus en caoutchouc remplis de pétrole comme armes meurtrières brutales s’est répandue.

Accrochés au cou des accusés puis enflammés, ils sont devenus connus sous le nom de «colliers» et ont attiré la critique même dans les rangs des militants anti-apartheid.

Lors d’un rassemblement municipal, Mme Madikizela-Mandela a fait l’éloge des militants qui, avec leurs “colliers”, combattaient l’apartheid.

Une controverse encore plus grande est survenue quand elle a été accusée par des militants anti-apartheid de haut rang ayant participé à l’assassinat d’un militant du township, Stompie Seipei, âgé de 14 ans.

Disgrâce et divorce

Stompie avait été capturé par les gardes du corps de Mme Madikizela-Mandela en 1989 et a été retrouvé mort plus tard.

Les membres de la direction de l’ANC l’ont accusée d’être derrière le meurtre et de mener un règne de terreur virtuel dans certaines parties de Soweto.

De la prison, M. Mandela a continué à soutenir sa femme.

En 1991, après sa libération, elle a été accusée de l’agression et de l’enlèvement de Stompie et un de ses gardes du corps a été accusé de son meurtre.

Elle a nié les allégations mais a été reconnue coupable d’enlèvement et condamnée à six ans d’emprisonnement.

Cela a été réduit à une amende par une cour d’appel.

Son mariage avec M. Mandela a connu de graves crises dans les années qui ont suivi sa libération et ils ont divorcé en 1996.

Le président Mandela l’a accusée d’adultère et a déclaré qu’elle n’était jamais entrée dans leur chambre après sa sortie de prison alors qu’il était réveillé.

La même année, M. Mandela l’a licenciée en tant que vice-ministre des arts et de la culture – le seul poste qu’elle occupe au gouvernement depuis la fin de la domination de la minorité blanche, bien qu’elle soit toujours députée.

Sa rupture avec M. Mandela a peu fait pour nuire à sa position politique parmi les pauvres Sud-Africains noirs qui la considéraient comme leur voix à un moment où l’ANC avait adopté des politiques favorables aux entreprises.

En même temps, elle est devenue connue pour un style de vie de plus en plus somptueux.

Lorsqu’elle a témoigné devant la Commission de vérité et de réconciliation en 1997, elle est arrivée aux audiences dans une limousine Mercedes blanche entourée de gardes du corps.

À la commission, des membres de l’ANC et des habitants de banlieues ordinaires l’accusaient d’avoir attaqué des opposants, d’avoir ordonné le meurtre de Stompie et d’avoir été impliqué dans d’autres meurtres.

Elle a nié avec véhémence les accusations, les qualifiant de ridicules.

En 2003, Mme Madikizela-Mandela a subi un autre coup quand un tribunal l’a reconnue coupable de fraude et de vol dans le cadre d’un scandale de prêt bancaire.

Le juge de la sentence l’a comparée à un Robin des Bois moderne, obtenant frauduleusement des prêts pour des personnes désespérément à court d’argent, mais il a dit qu’en tant que personnalité publique de premier plan, elle aurait dû savoir mieux.

Un juge d’appel a annulé la déclaration de culpabilité pour vol, mais a confirmé la condamnation pour fraude, en lui remettant une peine avec sursis de trois ans et six mois.

Cela a entaillé sa carrière, mais elle est toujours respectée à l’ANC.

Mme Madikizela-Mandela a soutenu le président Jacob Zuma dans la campagne âprement disputée qu’il a menée pour renverser son prédécesseur Thabo Mbeki en tant que dirigeant de l’ANC en 2007 – une décision qui n’a pas été surprenante car elle avait une mauvaise relation avec M. Mbeki. Elle a enlevé son chapeau quand elle est montée pour le saluer lors d’un rassemblement.

Lors de la conférence de l’ANC en 2007, elle a été élue au comité exécutif national du parti, et lors des élections générales de 2009, elle a été placée en cinquième position sur la liste des députés de l’ANC nommés pour le parlement. M. Zuma la considérait comme un atout électoral.

Bien qu’elle cherche toujours les feux de la rampe et qu’elle accuse parfois le gouvernement d’avoir échoué auprès des pauvres, elle ne montre plus de soif de pouvoir, suggérant que son époque, comme celle de beaucoup de sa génération, est terminée.

Comments

comments