Emmanuel Macron rencontre des difficultés à obtenir un visa pour le Burkina Faso

Le président français se plaint d’un traitement humiliant de la part des employés de l’ambassade du Burkina Faso à Paris. Il menace de renoncer à ce séjour pourtant capital pour le Burkina Faso.

State Afrique,  Alors qu’il doit se rendre en visite officielle à Ouagadougou le mardi 28 novembre 2017, Emmanuel Macron n’a toujours pas obtenu son visa. Le président français se plaint d’un traitement humiliant de la part des employés de l’ambassade du Burkina Faso à Paris. Il menace de renoncer à ce séjour pourtant capital pour le Burkina Faso.

“C’est insupportable tous ces va-et-vient au consulat alors que je remplis toutes les conditions”, peste-t-il.

Le président français évoque le ton condescendant des fonctionnaires consulaires et dit ne pas comprendre pourquoi son visa ne lui est toujours pas délivré alors qu’il a respecté toutes les conditions posées par les autorités consulaires du Burkina Faso.

  • Preuve de liens familiaux et économiques qui obligent le postulant à retourner dans son pays après son séjour au Burkina Faso
  • Justificatifs d’hébergement
  • Lettre de l’employeur précisant les fonctions exercées la date d’embauche et le salaire mensuel
  • 3 derniers bulletins de salaire
  • Relevés bancaires récents indiquant les mouvements sur une période de trois moi
  • Assurance rapatriement…

Le dossier d’Emmanuel Macron semble complet. Et pourtant, les autorités du Burkina Faso en demandent toujours plus. Il dit craindre d’essuyer un refus, ce qui serait catastrophique.

“C’est assez éprouvant psychologiquement de devoir se lever tôt le matin, de faire la queue dans le froid pour finalement se faire renvoyer par un fonctionnaire qui demande toujours plus de papiers”, confie-t-il à la rédaction de State Afrique.

“Le dossier est toujours en cours d’instruction”, répond le consulat du Burkina Faso à Paris qui évoque le principe de réciprocité.

“Des enquêtes doivent être menées pour vérifier l’authenticité des documents versés au dossier. Les mêmes conditions sont imposées aux citoyens burkinabè qui veulent se rendre en France. Nous ne voyons pas pourquoi il faudrait un traitement de faveur pour ce monsieur.”

Comments

comments