22 Novembre 1497 | Afrique: Arrivée au cap de Bonne-Espérance par Vasco de Gama

Il y a 520 ans, le navigateur portugais ouvre le passage maritime entre l’Afrique et l’Asie. Le 22 novembre 1497, Vasco de Gama parvient à contourner la pointe sud de l’Afrique, un passage extrêmement difficile que le navigateur Bartholomeu Diaz a déjà découvert et surnommé Cap des tempêtes. À la tête d’une expédition forte de 4 bateaux et 200 hommes, Vasco de Gama affronte victorieusement les tempêtes mais aussi la dysenterie et le scorbut qui règnent sur les navires. Il devient le premier européen à arriver en Inde par la voie maritime, ouvrant ainsi la route des épices. D’autres étaient arrivés avant lui en Inde mais par la voie terrestre.

L’expédition suivit la côte africaine jusqu’aux îles du Cap-Vert qu’elle atteignit le 27 juillet. Elle s’en écarta ensuite et vogua plein sud en direction de Sainte-Hélène (7novembre). Le 22 novembre, les quatre navires franchirent le cap des Tempêtes (cap de Bonne espérance) et, entrèrent dans l’océan Pacifique. Le 25 novembre, le navire de transport coula. Vasco de Gama mit le cap au nord-ouest, longeant la côte africaine et faisait halte dans des relais fondés les années précédentes. Il refit des provisions au Mozambique le 2 mars 1498. Le 21 mai 1498, après 309 jours de navigation, le convoi jetait l’ancre au large du port indien de Pantalayini à une vingtaine de kilomètres de la cité- Etat de Calicut, sur la Côte occidentale de l’Inde. Il y fut mal reçu par le raja local qui ne lui accorda pas les avantages commerciaux qu’il réclamait au nom de la couronne portugaise.

 

Journal de bord de Vasco de Gama

7 Juillet 1497
Je partis le 8 juillet 1497 sur le navire nommé Sâo Gabriel. Diaz, Gouverneur d’Elmina, me quitta. Nous allâmes au Cap Vert, il m’expliqua quel chemin prendre : nous devions prendre au Sud et non par le Golfe de Guinée comme je le pensais.

3 Août 1497 au 4 Novembre 1497
Je ne vis pas la terre mais juste une grande étendue d’eau salée. Nous restâmes en mer trois longs mois et une interminable journée.

8 novembre 1497
Cela fait aujourd’hui quatre mois que nous naviguons, et à cette heure-ci nous avons vu la terre ! Plus précisément la Baie de Sainte-Hélène, nommée comme cela, tout simplement parce qu’elle a été découverte le jour de la Sainte Hélène, le 21 Mai. La Baie de Sainte Hélène se trouve près du Cap Vert.

22 novembre 1497
Nous depassons le Cap de Bonne Espérance, Le ” Cap des tempêtes ” , où nous avons perdu des hommes, noyés dans cette horrible mer.

25 novembre 1497
Pendant treize jours nous avons navigué vers la Baie de Sâo-Braz ( Mossel bay ) où l’on détruisit à la hache les objets hors d’état. Nous négociâmes un prix sur le bétail avec les indigènes, qui nous fîmes goûter du ” Azerbis “, une boullie de racines et d’herbes sèches. Puis, nous allâmes nous remplir les yeux de danses régionales. Même l’amiral Diaz, ce qui est rarissime !! Malheureusement, la naturelle méfiance des aborigènes les força à foncer sur des animaux surnommés ” zèbre “. L’amiral, se méfia alors encore plus des aborigènes de la région.

25 Décembre 1497
On reconnut la terre à l’Est, dans le pays connu, et une semaine après, on arriva pour faire une aiguillade à l’embouchure du fleuve Lourenço-Marquez. Les indigènes sont grands, très musclés, avec un attirail d’armes tout simplement phénoménal fabriqué avec de l’ivoire. Ils nous acceuillirent aimablement, et c’est pour cette raison que cette région fut appelée ” Terre des Bonnes gens ” ( Terro de boi Gente ).

22 Janvier 1498
Nous jetâmes l’ancre à Quélimane, émisssaire du Zambize. Les indigènes étaient fort pacifiques, et les navires furent remis à terre pour être réparés. Malheureusement, la Malonia décima l’équipage.  Nous appelâmes cette terre ” des mauvais présages “.

1er Mars 1498
Le Mozambique était en vue. Les arabes montèrent à bord sans broncher. On apprit que le légendaire royaume chrétien se trouvait au Nord et qu’on pouvait y accéder à dos de chameau. Les relations amicales se refroidirent. Puis les hostilités éclatèrent, finalement. On engagea deux conducteurs qui nous conduisîmes à Mombara le 7 avril 1498.

7 Avril 1498

Je pris le soin d’éloigner mon bateau pour empêcher les arabes de le détruire. Les espions avaient fait leur rapport au Sultan. Je fis lever l’ancre pour entrer au port. Soudain, les espions qui se trouvaient a bord escaladèrent le rebord et sautèrent dans leur barque. Je retins deux prisonniers qui furent torturés et qui avouèrent le plan. Les portuguais rencontrèrent les présumés chrétiens qui étaient en fait des Hindous qui honoraient une déesse semblable à  la Vierge

20 mais  1498

J’arrive enfin en Inde à Calicut ( Calcutta ), Je serais le premier européen à gagner l’Inde  en contournant le Cap de Bonne Espérance pour ouvrir la route des Indes.

 

Comments

comments