29 octobre 2008 | L’Afrique des Grands Lacs en guerre

La ville de Goma, à l’est de la République démocratique du Congo (province du nord-Kivu), a été abandonnée par les troupes gouvernementales et occupée par les troupes de Laurent Nkunda, un rebelle congolais d’origine tutsie. La guerre n’en finit pas de ravager la région depuis le génocide du Rwanda, en 1994, malgré la présence sur place de plusieurs milliers de casques bleus de l’ONU. Elle aurait déjà provoqué 3 à 5 millions de morts violentes, sans compter les mutilations et les viols.

Le Rwanda et le Burundi voisin sont deux anciens petits royaumes d’Afrique de l’Est qui doivent l’importance de leur peuplement au fait qu’ils ont autrefois échappé aux raids des marchands d’esclave et à la fertilité de bons sols volcaniques. A la fin du XIXeme siècle, ces royaumes passèrent sous l’autorité allemande puis, après la première guerre mondiale, sous celle des Belges, qui dominaient le Congo voisin. Les colonisateurs européens avaient constaté que, dans ces deux royaumes, la société présentait un fort contraste entre une minorité dominante, les Tutsi (plutôt éleveurs de bovins), venus de la vallée du Nil, et une majorité de paysans hutu (environ 85% de la population). Les Européens jugèrent plus commode de s’appuyer sur l’autorité des Tutsi dont ils favorisèrent l’éducation dans les années qui suivirent la seconde guerre mondiale. Ainsi, certains fils de familles aisées tutsi allèrent en Belgique faire des études supérieures. Ils en revinrent avec des idées, plus ou moins marxistes, d’indépendance. En réaction, les colonisateurs jouèrent la carte des Hutus restés sous l’influence des missionnaires catholiques. Les années qui précédèrent ou suivirent l’indépendance connurent une grande agitation politique.

Au Rwanda comme au Burundi, les Hutu proclamèrent qu’il fallait renverser la « société féodale » dominée pat les seigneurs Tutsi et, de 1959 à 1962, date de l’indépendance, les Tutsi du Rwanda furent victimes d’exactions de la révolution Hutu ; nombre d’entre eux durent s’enfuir au Congo ex Belge, au Burundi ou, surtout, en Ouganda, pays qui venait lui aussi d’accéder à l’indépendance. Mais cette colonie britannique qui était jusqu’alors « modèle » se trouva entraînée à son tour dans de très violentes luttes internes qui durèrent plus de vingt ans. Un mouvement de guérilla dirigé par Yoweri Musevini finit par l’emporter en 1986, notamment avec l’aide des réfugiés Tutsi du Rwanda, dont les fils acquirent une grande efficacité guerrière ( dont Paul Kagamé actuel président du Rwanda).

La tragédie de 1994 :

Avec l’aide des nouveaux maîtres de l’Ouganda,qui cherchaient d’ailleurs à se débarrasser d’eux, ces réfugiés mercenaires tutsi constituèrent en 1990 une Armée patriotique rwandaise (APR, devenue plus tard FPR) afin de rentrer au Rwanda et d’y reprendre le pouvoir. Ils furent d’abord repoussés à plusieurs reprises par l’armée rwandaise (FAR) du gouvernement hutu, grâce à des contingents français envoyés au Rwanda au titre des accords de coopération. Les conseils du gouvernement français et les pressions internationales incitèrent le gouvernement rwandais à chercher une solution négociée, en s’appuyant sur des Hutu « modérés » et des Tutsi restés au Rwanda. Cependant, malgré les efforts, les dissensions entre Tutsi et Hutu n’avaient fait que croître. Au Burundi, en octobre 1993, le premier président hutu qui venait d’être élu était assassiné au cours d’un putsch militaire tutsi, ce qui entraîna également dans ce pays de nombreux massacres entre les deux communautés.

Néanmoins, en 1993 les Présidents du Rwanda et du Burundi acceptèrent, malgré l’opposition de leurs ultras, de signer à Arusha en Tanzanie, des accords organisant une solution négociée entre les protagonistes tutsi et hutu dans chacun des deux Etats. Dans ce contexte, la France retira ses troupes du Rwanda à la fin de l’année 1993.

Tout fut remis en cause après que l’avion transportant le président rwandais Juvénal Habyarimana eut été abattu le 6 avril 1994 par un missile tiré au dessus de l’aérodrome de Kigali, la capitale du Rwanda. Aussitôt, les extrémistes hutus se lancèrent dans l’extermination des Tutsi et des Hutu modérés partisans des accords d’Arusha. L’événement coïncida, hélas, avec le départ des militaires français, belges et onusiens.

Aussi, les forces tutsi de l’Armée patriotique rwandaise venues d’Ouganda purent elles prendre Kigali et mettre en déroute les Hutu des forces armées du Rwanda. En mesurant l’ampleur des massacres commis par les extrémistes hutus, l’opinion internationale s’émut et le Conseil de sécurité de l’ONU autorisa l’envoi d’un contingent français afin d’organiser un périmètre de sécurité dans le sud ouest du pays.

Extraits de l’ouvrage « Géopolitique » de Yves Lacoste

Dunia SENDWE

Comments

comments