2 octobre 1958 | Sekou Touré proclamait l’indépendance de la Guinée – son discours sur le rôle des dirigeants politiques dans la réflexion et le développement de la culture de leurs nations

Le 2 octobre 1958, Sekou Touré, a proclamé l’indépendance de la Guinée en provenance de la France devenant ainsi son premier président. Un an plus tard, il a prononcé un discours à Conakry, la capitale dans laquelle il a souligné le rôle des dirigeants politiques dans la réflexion et le développement de la culture de leurs nations. Ce discours apparaît ci-dessous.

Étant donné que la culture n’est pas une entité ou un phénomène séparé ou séparable d’un peuple, les dirigeants politiques qui, de manière libre et démocratique, ont acquis la confiance de ces personnes en vue de la diriger comme il l’a choisi, Sont en même temps l’expression des aspirations de leur peuple et des représentants ou défenseurs de ses valeurs culturelles.

La culture d’un peuple est nécessairement déterminée par ses conditions matérielles et morales. L’homme et ses environs constituent un tout.

Tout peuple libre et souverain se trouve placé dans des conditions plus favorables à l’expression de ses valeurs culturelles qu’un pays colonisé, privé de toute liberté, dont le cultue subit les conséquences néfastes de son état de soumission4. Que ce soit une question de personne libre ou D’un peuple colonisé, le leader politique qui demeure l’expression authentique de son peuple est celui dont la pensée, le sens de l’existence, la conduite sociale et les objets d’action sont en parfaite harmonie avec les caractéristiques de son peuple.

Qu’il tend, dans un esprit conservateur, à assurer le maintien d’un ancien équilibre économique, social et moral, ou de manière révolutionnaire, pour remplacer les anciennes conditions, par de nouvelles conditions plus favorables au peuple, le leader politique est par le seul Fait de sa communion d’idées et d’action avec son peuple, le représentant d’une culture. Cette culture peut être réactionnaire ou progressiste en fonction de la nature des objectifs fixés pour l’action du mouvement politique auquel les gens se sont engagés.

L’homme, avant de devenir le chef d’un groupe, un peuple ou un parti du peuple, a forcément fait le choix entre le par et le futur. De cette façon, il représentera et défendra les valeurs, ou il soutiendra et donnera une impulsion au développement et à l’enrichissement constant de toutes les valeurs de son peuple, y compris les valeurs culturelles qui, par leur contenu et leur forme, exprimeront les réalités de Les conditions d’existence des gens, ou le besoin qu’ils éprouvent ou se sentent pour une transformation.

En conséquence, quel que soit le caractère fondamental d’une culture, réactionnaire ou progressiste, le leader politique qui est librement choisi par un peuple, maintient un lien naturel entre l’action et la culture proprement dite à son peuple, car en tout état de cause, il pourrait Ne pas agir efficacement sur les gens s’il a cessé d’obéir aux règles et aux valeurs qui déterminent leur comportement et influencent leur pensée.
Pourquoi les grands penseurs du capitalisme ne sont-ils pas acceptés par les peuples qui ont choisi d’autres modes d’évolution? Les dirigeants des démocraties populaires ne pouvaient pas représenter une culture essentiellement capitaliste pour la bonne raison que leurs peuples ont choisi le système socialiste.

La culture arabe est également différente de la culture latine en raison du fait que les peuples arabes et les peuples latins obéissent à des pensées différentes et à des règles de vie différentes.

En plus de l’état matériel et technique dans lequel se trouve un peuple, son état mental, philosophique et moral donne à sa culture une forme d’expression et une signification qui leur sont propres, tout à fait indépendants de la mesure dans laquelle ils ont une influence décisive Sur le contexte culturel général.

Les impérialistes utilisent des valeurs culturelles scientifiques, techniques, économiques, littéraires et morales afin de maintenir leur régime d’exploitation et d’oppression. Les peuples opprimés utilisent également les valeurs culturelles d’une nature contraire aux premières, afin de mieux lutter contre l’impérialisme et de se débarrasser du système colonial. Si la connaissance scientifique, les techniques modernes et l’élévation de la pensée au niveau des principes humains supérieurs pour le perfectionnement de la vie sociale, sont nécessaires à l’enrichissement d’une culture, ils conservent néanmoins la capacité d’être utilisés à des fins contradictoires.

C’est à ce stade que la valeur culturelle d’un peuple doit être identifiée avec la valeur contributive qu’elle peut représenter dans le développement de la civilisation universelle en établissant entre les êtres humains des relations concrètes d’égalité, de solidarité, d’unité et de fraternité.

Ainsi, les vrais dirigeants politiques d’Afrique, dont la pensée et l’attitude tendent vers la libération nationale de leurs peuples, ne peuvent être que des hommes engagés, fondamentalement commis contre toutes les formes et toutes les forces de la dépersonnalisation de la culture africaine. Ils représentent, par la nature anti-colonialiste et le contenu national de leur lutte, les valeurs culturelles de leur société se sont mobilisées contre la colonisation.

C’est en tant que représentants de ces valeurs culturelles qu’ils dirigent la lutte pour la décolonisation de toutes les structures de leur pays.

Mais la décolonisation ne consiste pas seulement à se libérer de la présence des colonisateurs: elle doit nécessairement être complétée par la libération totale de l’esprit des «colonisés», c’est-à-dire de toutes les conséquences néfastes, morales, intellectuelles et culturelles, Du système colonial.

La colonisation, pour jouir d’une certaine sécurité, doit toujours créer et maintenir un climat psychologique favorable à sa justification: d’où la négation des valeurs culturelles, morales et intellectuelles des personnes soumises; C’est pourquoi la lutte pour la libération nationale n’est complète que lorsque, une fois dégagée de l’appareil colonial, le pays prend conscience des valeurs négatives injectées délibérément dans sa vie, sa pensée et ses traditions … afin de les extirper dans les conditions de son existence Évolution et floraison Cette science de la dépersonnalisation des personnes colonisées est parfois si subtile dans ses méthodes qu’elle réussit progressivement à falsifier notre comportement psychique naturel et à dévaloriser nos propres vertus et qualités originales en vue de notre assimilation. Ce n’est pas une chance que le colonialisme français ait atteint Sa hauteur à l’époque de la théorie célèbre et maintenant explosée de «primitive» et de «mentalité pré-logique» de Lévy-Bruhl. Je modifie certaines formes de ses manifestations, bien qu’elle essaie apparemment de s’adapter à l’évolution inévitable des peuples opprimés, la colonisation n’a jamais engendré, sous les aspects les plus divers et les plus subtils, tout un complexe de supériorité morale, intellectuelle et culturelle vers les colonisés Les peuples. Et cette politique de dépersonnalisation a d’autant plus de succès que la nature du degré d’évolution du colonisé et du colonisateur est différente. Il est d’autant plus profondément ancré que la domination est durable.

Dans les formes les plus variées, le complexe «colonisé» évite l’évolution et s’imprime sur nos réflexes même. Ainsi, le port d’une casquette et de lunettes de soleil, considéré comme un signe de civilisation occidentale, témoigne de cette dépersonnalisation qui va à l’encontre de l’évolution de notre évolution.

Néanmoins, il est faux de penser qu’un peuple, une culture de race une possèdent par elles-mêmes toutes les valeurs morales, spirituelles, sociales ou intellectuelles: croire que la vérité ne se trouve pas nécessairement ailleurs que dans ses propres intérêts nationaux, raciaux ou culturels L’arrière-plan est une utopie.

Nous avons déjà dit que les découvertes humaines, les acquisitions intellectuelles, l’expansion des connaissances n’appartiennent exclusivement à personne. Ils sont le résultat d’une somme de découvertes universelles, d’acquisitions et d’expansion dans lesquelles aucune personne n’a le droit de réclamer un monopole.

Les immigrants aux États-Unis ne les ont pas laissés aux frontières de leurs pays respectifs tout ce qu’ils ont acquis dans le domaine intellectuel; Ils n’ont pas dû réinventer les voiliers, les outils de fer ou la poudre à canon. Ils les utilisaient pour leurs propres besoins avant que certaines puissances coloniales ne songent à revendiquer leur découverte et les droits de propriété.

Ce n’est pas parce qu’il symbolise la présence coloniale que le gendarme français en garnison à Dakar ou à Alger est le «propriétaire» du processus de libération de l’atome. Et pourtant, c’est dans cette forme et par des approches intellectuelles similaires que le colonialisme a établi le principe de sa supériorité.

Nos livres scolaires dans les écoles coloniales nous enseignent les guerres des Gaulois, la vie de Jeanne d’Arc ou de Napoléon, la liste des départements français, les poèmes de Lamartine ou les pièces de Molière, comme si l’Afrique n’avait jamais eu d’histoire, Tout passé, toute existence géographique, toute vie culturelle … Nos élèves n’ont été appréciés que selon leur aptitude dans cette politique d’assimilation culturelle intégrale.

Le colonialisme, à travers ses diverses manifestations, en se vantant d’avoir enseigné à notre élite dans ses écoles la science, la technique, la mécanique et l’électricité, réussit à influencer un certain nombre de nos intellectuels à tel point qu’ils finissent par trouver dans cette justification la domination coloniale . Certains vont croire que, pour acquérir la vraie connaissance universelle de la science, ils doivent nécessairement ignorer les valeurs morales, intellectuelles et culturelles de leur propre pays afin de se soumettre à une culture souvent étrangère à Eux-mêmes à mille égards.

Et pourtant, ce n’est pas la connaissance qui mène à la pratique de la chirurgie enseignée de la même manière à Londres, à Prague, à Belgrade et à Bordeaux? La procédure pour calculer le volume d’un corps non identique à New York, à Budapest et à Berlin? Le principe d’Archimède n’est-il pas le même en Chine et en Hollande? Il n’y a pas de chimie russe ou de chimie japonaise, il n’y a que la chimie pure et simple.

La science qui résulte de toutes les connaissances universelles n’a aucune nationalité. Les conflits ridicules qui font rage de l’origine de telle ou telle découverte ne nous intéressent pas, car ils n’ajoutent rien à la valeur de la découverte.

Mais, même si cela peut dissimuler, le colonialisme trahit ses intentions dans l’organisation et la nature de l’éducation qu’il prétend dispenser au nom d’un humanisme ou autre, je ne sais pas quoi. La vérité est que, pour commencer, elle devait satisfaire ses besoins pour les cadres juniors, les commis, les gardiens, les dactylos, les messagers, etc. Le caractère élémentaire de l’éducation dispensée porte un témoignage suffisamment éloquent de l’objet à la vue, pour le colonial Le pouvoir a pris grand soin, par exemple, de ne pas créer de véritables collèges administratifs pour les jeunes Africains qui auraient formé de véritables cadres ou pour enseigner l’histoire réelle de l’Afrique, etc.

Qu’arriverait-il à la morue de l’Indépendance de Guinée, si nous n’avions pas créé nous-mêmes, au cours de la période de la Loi sur les contours, notre propre collège administratif? La vie administrative de la République de Guinée nous aurait fait face au niveau gouvernemental avec une multitude de problèmes que nous ne pouvions avoir résolus de manière empirique.

Cette détermination à maintenir les populations dans un état d’inférence constant marque à la fois les programmes et la nature de l’éducation coloniale. Il était souhaitable que le professeur africain soit et devrait rester un enseignant de qualité inférieure, afin de maintenir la qualité de l’enseignement en Afrique à un niveau inférieur. En revanche, un obstacle a été empêché pour les fonctionnaires africains d’accéder aux rangs supérieurs en insistant sur l’équivalence des diplômes. Ce détournement a été tellement bien géré que certains de nos camarades syndicaux, bien que anti-colonialistes, ont combattu furieusement ces problèmes de la valeur équivalente des parchemins au lieu d’attaquer directement les raisons fondamentales de cette politique d’hocus-pocus.

Des enseignants spéciaux, des médecins spécialisés! Ce dont le système colonial avait besoin, c’était l’homme à produire, les hommes à créer, les ouvriers, les bûcherons au Moyen-Congo ou la Côte d’Ivoire, les paysans au Soudan ou le Dahomey, etc. Les colons de l’Afrique occidentale française et de l’Afrique équatorienne française, les puissantes sociétés coloniales du Congo belge et de Rhodésie ne s’installeraient pas en Afrique si ce n’était pour la richesse de l’Afrique dans son sol et ses hommes, considéré comme un instrument pour exploiter cela richesse. Et c’était pour résister aux grands fléaux endémiques qui menaçaient l’équilibre quantitatif de la population en réduisant la main-d’œuvre que la puissance coloniale créait le corps des médecins africains, avec la détermination de les faire un corps subordonné de «travailleurs médicaux».

Ainsi, au niveau de la connaissance pure, au niveau du savoir universel, l’éducation dispensée en Afrique était délibérément inférieure et limitée à ces disciplines qui permettraient une meilleure exploitation de la population. En outre, l’enseignement primaire et secondaire était constamment orienté vers la dépersonnalisation et la dépendance culturelle.

Nous devons dénoncer ce faux sentimentalisme qui consiste à nous croire en faveur de la contribution d’une culture imposée au détriment de la nôtre. Le problème doit être résolu objectivement. Combien de nos jeunes étudiants, même sans s’en rendre compte, jugent la culture africaine en l’évaluant selon la hiérarchie des valeurs établies dans ce domaine par la culture de la puissance coloniale?

La valeur d’une culture ne peut être évaluée que par son influence dans le développement de la conduite sociale. La culture est la manière dont une société donnée dirige et utilise ses ressources de pensée.

Marx et Ghandi n’ont pas contribué moins au progrès de l’humanité que Victor Hugo ou Pasteur.

Mais alors que nous apprenions à apprécier une telle culture et à connaître les noms de ses interprètes les plus éminents, nous perdions progressivement les notions traditionnelles de notre propre culture et le souvenir de ceux qui l’avaient jeté. Combien de nos jeunes écoliers qui peuvent citer Bossuet ignorent la vie d’El Hadj Omar? Combien d’intellectuels africains ont inconsciemment privé de la richesse de notre culture afin d’assimiler les concepts philosophiques d’un Descartes ou d’un Bergson?

Tant que nous arguons uniquement à la lumière de cette acquisition externe, tant que nous continuerons de juger et de faire nos déterminations selon les valeurs de la culture coloniale, nous ne devons pas être décolonisés et nous ne réussirons pas à donner nos pensées et nos actes Un contenu national, c’est-à-dire un service public mis au service de notre société. Il est vrai que toute culture digne du nom doit être capable de donner et de recevoir; Nous ne pouvons que considérer les cultures étrangères comme une contribution nécessaire à l’enrichissement de notre propre culture.

Les environs déterminent l’individu; C’est pourquoi le paysan dans nos villages a des caractéristiques plus authentiquement africaines que l’avocat ou le médecin dans les grandes villes. En fait, le premier, qui conserve plus ou moins intact sa personnalité et la nature de sa culture, est plus sensible aux besoins réels de l’Afrique.

Il n’y a pas d’acte d’accusation contre l’intellectualisme, mais il est important de démontrer la dépersonnalisation de l’intellectuel africain, une dépersonnalisation pour laquelle personne ne peut le responsabiliser, parce que c’est le prix que le système colonial exige pour lui enseigner la connaissance universelle qui Lui permet d’être ingénieur, médecin, architecte ou comptable. C’est pourquoi la décolonisation au niveau individuel doit fonctionner plus profondément sur ceux qui ont été formés par le système colonial.

C’est en relation avec cette décolonisation que l’intellectuel africain accordera une aide efficace et précieuse à l’Afrique. Plus il se rend compte du besoin de se libérer intellectuellement du complexe colonisé, plus il découvrira nos vertus originales et plus il servira la cause africaine.

Nos efforts incessants viseront à trouver nos propres moyens de développement si nous souhaitons que notre émancipation et notre évolution se déroulent sans que notre personnalité ne soit modifiée. Chaque fois que nous adoptons une solution authentiquement africaine dans sa nature et sa conception, nous allons résoudre nos problèmes facilement, car tous ceux qui y participent ne seront pas désorientés ou surpris par ce qu’ils doivent accomplir; Ils se rendront compte sans difficulté de la manière dont ils doivent travailler, agir et réfléchir. Nos qualités spécifiques seront utilisées au maximum et, à long terme, nous accélérerons notre évolution historique.

Combien de jeunes hommes et de jeunes filles ont perdu le goût de nos danses traditionnelles et la valeur culturelle de nos chansons populaires; Ils sont tous devenus enthousiastes pour le tango ou la valse ou pour un chanteur de charme ou de réalisme.
Cette inconscience de nos valeurs caractéristiques conduit inévitablement à notre isolement de notre propre origine sociale, dont les plus petites qualités humaines nous échappent. De cette façon, nous finissons par ignorer la signification réelle des choses qui nous entourent, notre propre signification.

En revanche, les paysans et artisans africains ne sont en rien compliqués par le système colonial dont la culture, les habitudes et les valeurs ne connaissent pas.

Est-il nécessaire de souligner que, malgré leur bonne volonté, leur discipline et leur fidélité à l’idéal de la liberté et de la démocratie, malgré leur foi dans le destin de leur pays, les colonisés qui ont été formés par le colonisateur ont leur Pensée plus intimidée par l’empreinte coloniale que les masses rurales qui ont évolué dans leur contexte d’origine.

L’Afrique est essentiellement un pays de gouvernement communautaire. La vie collective et la solidarité sociale donnent à ses habitudes un fonds d’humanisme que beaucoup de gens pourraient envier. C’est aussi à cause de ces qualités humaines qu’un être humain en Afrique ne peut pas concevoir l’organisation de sa vie en dehors de celle de la famille, du village ou de la société du clan. La voix des peuples africains n’a pas de traits, aucun nom, aucun anneau individuel. Mais dans les milieux qui ont été contaminés par l’esprit des colonisateurs, qui n’a pas observé le progrès de l’égoïsme personnel?

Qui n’a pas entendu la défense de la théorie de l’art pour l’art, la théorie de la poésie pour l’amour de la poésie, la théorie de chaque homme pour lui-même?

Alors que nos artistes anonymes sont la merveille du monde, et partout on nous demande nos danses, notre musique, nos chansons, nos statuettes, afin que leur signification profonde soit mieux connue, certains de nos jeunes intellectuels pensent que c’est assez De prévoir Prévert, Rimbaud, Picasso ou Renoir pour pouvoir cultiver notre culture, notre art et notre personnalité dans un plan supérieur. Ces personnes n’apprécient que les apparences des choses, elles ne jugent que par le biais de leurs complexes et de la mentalité des «colonisés». Pour eux, nos chansons populaires n’ont de valeur que dans la mesure où elles correspondent harmonieusement aux modes occidentaux qui sont étrangers à leur signification sociale.

Nos peintres! Ils voudraient qu’ils soient plus classiques; Nos masques et nos statuettes! Purement esthétique; Sans se rendre compte que l’art africain est essentiellement utilitaire et social.

Mécanisés et réduits à une certaine forme de pensée restrictive, habitués à juger à la lumière de valeurs qu’ils n’ont pas été autorisés à déterminer par eux-mêmes, éduqués à apprécier selon l’esprit, la pensée, les conditions et la volonté du système colonial, ils sont Stupéfaite chaque fois que nous dénonçons le caractère néfaste de leur comportement. Mais s’ils se sont interrogés, à la lumière, non pas de leur connaissance théorique du monde, mais en atteignant la conscience de soi, sur les vraies valeurs de leur peuple et de leur patrie, s’ils se demandent ce que leur conduite contribue à l’Afrique tournée vers sa Objectifs de libération et de progrès, de paix et de dignité, ils jugeraient et apprécieront nos problèmes.

Ils ne se rendent pas compte que la moindre de nos manifestations artistiques originales représente une participation active à la vie de notre peuple. Ils se divorcent de la culture du peuple, l’art de la vie réelle.

En tout, il y a forme et substance, et ce qui revêt une importance primordiale dans l’art africain est son contenu effectif et vivant, la pensée profonde qui l’anime et la rend utile à la société.

Les intellectuels ou les artistes, les penseurs ou les chercheurs, leurs capacités n’ont aucune valeur à moins d’être en accord avec la vie des gens, à moins qu’ils ne soient intégrés de manière fondamentale à l’action, à la pensée et aux aspirations des populations.

S’ils s’isolent de leur environnement par leur mentalité particulière des colonisés, ils ne peuvent avoir aucune influence, ils n’apportera aucune valeur à l’action révolutionnaire que les populations africaines ont entrepris de se libérer du colonialisme, ce seront des exclus et des étrangers Dans leur propre pays.

Cette décolonisation intellectuelle, cette décolonisation des pensées et des concepts peut sembler infiniment difficile. En effet, il y a une somme d’habitudes acquises, de comportements incontrôlés, de moyens de vivre, d’une manière de penser, dont la combinaison constitue une sorte de seconde nature qui semble avoir détruit la personnalité originelle des colonisés.

Ce ne sont pas des approches intellectuelles, ni même un travail soutenu et patient de réadaptation de la volonté qui atteindra le but. Ce ne sera que suffisant s’il y a une réinsertion dans le milieu social, un retour en Afrique par la pratique quotidienne de la vie africaine afin de se réadapter à ses valeurs fondamentales, à ses propres activités, à sa mentalité particulière.

Le fonctionnaire, qui vit constamment parmi d’autres fonctionnaires, n’abandonnera pas ses mauvaises habitudes coloniales, car elles représentent une pratique quotidienne pour lui-même et les cercles dans lesquels il vit. Il ne réussira pas à se définir par rapport à la révolution africaine, il continuera à se définir en fonction de lui-même en tant que fonctionnaire vivant dans les milieux administratifs. Il aura réduit ses objectifs humains uniquement à une carrière administrative.

L’artiste qui est fièrement convaincu qu’il lui suffit d’être connu pour exprimer la personnalité africaine dans ses œuvres, restera une intelligence colonisée, une intelligence asservie par la pensée coloniale.

Prenez l’exemple des Ballets de notre camarade Keita Fodeiba qui, pendant plusieurs années, ont fait des tournées dans le monde pour révéler à travers ce mode d’expression traditionnel, la danse africaine, les valeurs culturelles, morales et intellectuelles de notre Société. Et pourtant, ce n’était pas à l’Opéra de Paris ou à l’Opéra de Vienne que ces artistes avaient été initiés. Leur initiation chorégraphique commence à partir de leur éducation authentiquement africaine et de la conscience nationale de nos valeurs artistiques. La troupe est une troupe anonyme dans laquelle il n’y a pas de première ou de seconde étoile. Les chanteurs connaissent seulement les chansons populaires d’Afrique alors qu’ils les ont appris dans leur lointain village. La valeur de la troupe de notre camarade Keita Fodeiba est son authenticité, et elle aura fait plus pour révéler les valeurs sociales et chorégraphiques de l’Afrique que jamais par tous les travaux d’inspiration coloniale qui ont été écrits sur ce sujet. Et cela parce qu’aucun auteur n’a été capable ou n’a compris comment interpréter la signification interne de la danse, qui est, en Afrique, une partie de la vie sociale et intellectuelle des gens.

Il ne suffit pas d’écrire un hymne révolutionnaire pour participer à la révolution africaine; Il faut agir dans la révolution avec les gens – avec les gens et les hymnes viendront de leur propre gré.

Pour exercer une action authentique, il faut être soi-même une partie vivante de l’Afrique et sa pensée, un élément de cette énergie populaire totalement mobilisée pour la Libération, le progrès et le bonheur de l’Afrique. Il n’y a pas de place en dehors de ce combat ni pour l’artiste ni pour l’intellectuel qui n’est pas lui-même engagé et totalement mobilisé avec les gens dans la grande lutte de l’Afrique et de l’humanité souffrante.

L’homme d’Afrique, hier encore marqué par l’indignité des autres, toujours exclu des entreprises universelles, mis à distance d’un monde qui l’avait rendu inférieur par la pratique de la domination, cet homme, privé de tout, apatride dans son propre pays , Assis nu et appauvri sur sa propre richesse, revient soudainement dans le monde, revendique la plénitude de ses droits de l’homme et une part entière dans la vie universelle.

Cette attitude n’est pas sans nuire à l’image caricaturisée que la conquête coloniale avait projetée ici et là, de l’homme noir, condamné, selon eux, à une incapacité congénitale. Ce n’est pas la moindre des erreurs de certaines civilisations de se calmer dans des considérations égocentriques pour juger ce qui leur est étranger et ne peut pas satisfaire leurs critères spéciaux ou leur tradition historique, ni correspondre à leur hiérarchie des valeurs conventionnelles.

C’est une responsabilité très lourde à l’origine des civilisations de conquête qu’elles ont orienté leurs forces vers la destruction des sociétés humaines dont les valeurs n’ont ni la capacité ni le pouvoir d’apprécier objectivement. Contempler les ruines de cette destruction, le monde de la pensée et le monde de la recherche sont aujourd’hui en communion dans le même effort anxieux d’essayer d’arracher aux civilisations détruites le secret des valeurs inconnues qui leur ont permis de se développer selon un intellectuel Processus dont la connaissance universelle est perdue à jamais.

Le crime de Fernando Cortez en torturant le dernier empereur des Aztèques apparaît moins comme le méfait d’un homme que comme une erreur irrémédiable de la part des civilisations de conquête.

En jugeant à la lumière de leur propre environnement proprement dit, en déterminant selon les valeurs de leur propre culture propre, les civilisations de conquête, loin d’encourager le développement des valeurs humaines, ont réduit leurs possibilités d’expression et, de manière définitive, soumises En partie à une exploitation féroce et à une oppression généralisée.

Mais le règne de la force et la possession frauduleuse sont désormais condamnés au désastre, car il n’existe plus d’influence extérieure, aucune pression étrangère qui peut plier un peuple aux lois de la dépossession et de la domination. Dans le lent progrès de l’univers humain, qui reçoit une sanction proportionnelle au développement de la conscience universelle, la force brute et l’influence illégitime sont de plus en plus en marge des valeurs positives de l’homme.

L’Afrique, que seul hier était le jouet et la prise d’appétits sans limites, témoin muet de la lente dégradation des mentalités sociales les plus nobles, est aujourd’hui totalement engagé dans la voie de sa liberté, de sa dignité et de sa réhabilitation complète. Dominé hier, mais non vaincu, l’Afrique est déterminée à transmettre son message spécial au monde et à contribuer à l’univers humain fruit de ses expériences, de ses ressources intellectuelles et de ses enseignements de sa propre culture.

La personnalité morale de l’Afrique, longtemps niée par les interprétations les plus fantastiques et les plus grossières falsifications historiques, précède à peine la manifestation croissante de la personnalité africaine, que les forces de conquête et de domination ne peuvent plus réduire en toute impunité.

Le noir, quel que soit son lieu d’asile, quelle que soit sa région natale, s’est finalement libéré du poids d’une infériorité factice qui lui a été infligée par la domination, dès qu’il a réapparu dans son authenticité pleine et entière, légitimement fière de La capacité de récupérer le contrôle de sa destinée et la pleine responsabilité de son histoire.

En vérité, il n’y avait pas de confusion entre la soumission apparente des peuples africains et leur détermination profonde à échapper à la dépersonnalisation. «Se soumettre pour se sauver», «accepter pour endurer», cette philosophie dure du nègre arraché à ses origines ou privé de son libre arbitre.

Aucune malédiction n’aura pesé si lourdement sur un peuple que celui né d’une coalition de race et d’intérêts pour réaliser, dans la même entreprise, l’asservissement ou la destruction, l’exploitation ou la ruine.

Mais le domaine de l’homme, croissant et s’étendant au-delà des limites du monde, ne pouvait tolérer les domaines fermés que les nations féodiques s’appropriaient sous le signe de la force: l’homme d’aujourd’hui exige toute la terre, une solidarité totale et Une participation complète dans ses travaux et ses entreprises. En partie par nécessité et en partie par la détermination consciente, l’homme procède à l’élimination des hérésies individualistes et racistes dont le monde noir aura été la dernière victime tragique.

Les portes du futur ne s’ouvriront pas avant quelques privilégiés, ni devant un peuple élu parmi les peuples, mais ils céderont à la poussée combinée des peuples et des races lorsque les efforts de tous les peuples alliés par le besoin d’une fraternité universelle sont joints Ensemble et se complètent.

Quelle que soit la proximité de ce temps, et si les espoirs humains puissants d’un avenir fécond et illimité, la réconciliation universelle ne peut entrer en vigueur que lorsque les peuples exclus ont atteint leur indépendance totale, exercé toute leur dignité et assuré leur pleine épanouissement. Pour répondre à ses besoins et abdiquer ses responsabilités humaines, l’Afrique s’inspire inlassablement de ses propres sources afin de perfectionner son authenticité et d’enrichir la sève nourrissante dont elle est apparue dans les millénaires obscurs de l’histoire.

Harmonisant les ressources de sa pensée avec les lois impitoyables d’un monde dirigé et dirigé par les nécessités d’un développement constant, en recourant aux disciplines dures de la connaissance concrète autant que de ses propres richesses morales et spirituelles, le Nègre s’engage à maintenir Intactes les valeurs et les perspectives d’une culture originale qui a survécu à toutes les vicissitudes extrêmes qui ont marqué son estiny.Il est tout aussi superflu de se renseigner sur ce qui pourrait ou non avoir été bon pour essayer de déterminer les opportunités perdues ou manquées. Seule une erreur, analysée objectivement selon ses causes et ses effets, amène l’esprit à un enrichissement constant et donne à l’homme la réussite de l’expérimentation.

La culture nègre, préservée de toute altération profonde, s’écoule dans la vie universelle, non pas comme un élément antagoniste, mais avec le soin anxieux d’être un facteur d’équilibre, un pouvoir pour la paix, une force de solidarité en faveur d’une nouvelle civilisation qui dépassera Les grands espoirs de l’humanité et la mode elle-même en contact avec tous les courants de pensée.

L’avenir ne peut être conçu comme une réitération du passé, non, comme un champ clos réservé uniquement aux sociétés humaines qui sont secrètement engagées ou arbitrairement privilégiées.

L’avenir sera la somme des cultures et des civilisations qui ne mesurent pas leur contribution spéciale ni ne font de bonnes affaires en ce qui concerne leurs valeurs singulières. Pour atteindre ces sommets successifs, il n’est pas trop nécessaire pour chacun d’y joindre ses efforts avec ceux des autres, de livrer au monde ses ressources intellectuelles et ses connaissances scientifiques et techniques, car aucun peuple, aucun pays ne peut se déplacer et se développer, sauf avec Et par les autres. Toute doctrine de l’isolement culturel de la cellularisation, que ses motifs soient une supériorité fière ou un égoïsme de groupe inacceptable, dissimule une erreur fatale à la suite de laquelle la particule isolée succombera.

Sans vouloir même répondre au défi non naturel de l’idéal raciste, qui prétend insolent d’exploiter seul la sève et les fruits du monde, le Noir est convaincu que sa seule présence lui donne droit à une participation complète et complète aux travaux humains , Non comme un élément dénaturé ou dépassé, mais sous le caractère d’un pouvoir nouveau, d’une force intellectuelle inexploitée dont les potentialités sont pertinentes pour les entreprises universelles du progrès, de la justice et de la solidarité humaine.

Dans le domaine de la pensée, l’homme peut prétendre être le cerveau du monde, mais dans le plan de la vie concrète, où chaque intervention affecte l’être physique et spirituel, le monde est toujours le cerveau de l’homme, car c’est à ce niveau que On trouve la totalité des pouvoirs et des unités de pensée, les forces dynamiques de développement et de perfection, c’est là que fonctionne la fusion des énergies et que, à terme, la somme des valeurs intellectuelles de l’homme est inscrite. Mais qui peut prétendre exclure un groupe de pensée particulier, une forme de pensée particulière ou une famille humaine particulière sans que cela se fasse même au-delà de la vie universelle?

Le droit à l’existence s’étend à la présence, à la conception, à l’expression et à l’action. Toute amputation de ce droit fondamental doit être définie comme débiteur sur le compte de l’humanité.

C’est, pour le reste, une mission difficile que le nègre s’est fixé qui a choisi d’être en même temps l’instrument intellectuel de la réhabilitation d’une race et du messager d’une culture dépossédée de son droit de libre expression et dont Un contenu profond et une signification réelle ont été falsifiés par les multiples interprétations qui lui sont confiées par le monde extérieur.

Mais cette action menée par les messagers de notre culture ne peut être isolée du mouvement général pour la reconquête des droits d’expression et des moyens de développement du peuple africain, totalement mobilisés dans la lutte pour leur dignité et leur liberté, du côté De l’égalité des hommes et des peuples.

Le processus de participation du nègre dans les réalisations universelles repose en premier lieu sur la personnalité africaine, qui ne peut être reconstituée valablement par l’intermédiaire de testaments ou de forces extérieures à l’Afrique, ou en dehors des facteurs d’indépendance et d’unité sur lesquels la destinée de Le monde noir repose. Les compromis culturels que la domination a établis par contact et par contrainte, imposent une reconversion complète à l’homme de l’Afrique afin que sa personnalité authentique, les possibilités complètes de ses valeurs singulières et les moyens d’employer ses ressources humaines puissent tous réapparaître.

Dans l’indépendance de sa jeune souveraineté, c’est la façon dont les peuples de Guinée se sont engagés à l’unanimité pour la libération totale et l’unité effective du peuple africain afin d’accélérer leur marche vers le progrès technique, économique et culturel dans une société en parfaite Social et d’équilibre et dans un monde de civilisation humaine réelle.

Sources:

J. Ayo Langley, idéologies de la libération en Afrique noire, 1856-1970 (Londres: Rex Collings, 1979).

Comments

comments