26 SEPTEMBRE JOURNÉE MONDIALE DE LA CONTRACEPTION

Selon l’OMS, les besoins non satisfaits de contraception restent élevés dans de nombreux contextes et le sont davantage parmi les plus vulnérables de la société : les adolescents, les pauvres, les personnes vivant en milieu rural et dans les taudis urbains, les personnes vivant avec le VIH et les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays. Les dernières estimations établissent à 222 millions le nombre de femmes dont les besoins de contraception moderne ne sont pas satisfaits, et les besoins sont les plus grands là où les risques de mortalité maternelle sont les plus élevés.

La Journée mondiale de la contraception est l’occasion de rappeler que « Les différentes dimensions des droits de l’homme doivent systématiquement et clairement être intégrées dans la fourniture de l’information et des services en matière de contraception.». L’amélioration de l’information ainsi que l’éducation des jeunes sur les différentes options en matière de contraception leur permet d’avoir une maîtrise de leur corps et les inciter à prendre des décisions en connaissance de cause.

En matière de contraception circulent les informations erronées et les rumeurs. Vous trouverez sur cette page les réponses aux questions qui sont fréquemment posées aux médiateurs/trices santé d’Afrique Avenir sur les nombreux moyens de contraception: pilule, stérilet hormonal, stérilet au cuivre, implant, patch, préservatif interne (féminin), préservatif externe (masculin) ,anneau vaginal.

Quelques idées reçues :

  1. Hygiène. La douche vaginale après un rapport sexuel ne constitue pas un moyen de contraception.
  2.  La pilule ne protège pas des infections sexuellement transmissibles. Efficaces pour lutter contre les grossesses non désirées, les différentes méthodes de contraception d’urgence ne protègent pas contre les IST. Seul le préservatif masculin ou féminin protège à la fois de la grossesse et des IST
  3. La pilule ne peut pas rendre une femme stérile. Le fait de prendre la pilule pendant les années n’augmente pas le risque de maladies.
  4. La méthode du retrait, lorsque l’homme se retire avant l’éjaculation, n’est pas une méthode efficace
  5.  Une femme peut tomber enceinte à n’importe quel jour du cycle menstruel et durant ses règles. Il en est de même lors du premier rapport sexuel…
  6. Le stérilet ne provoque pas des infections mais peut favoriser la progression des germes jusqu’aux trompes. C’est pourquoi il est déconseillé aux femmes présentant un risque infectieux important et ayant de nombreux partenaires

Quelques freins

  1. Le tabou sur la sexualité. Ne pas en parler avec des personnes compétentes en toute liberté, implique la construction d’un savoir parfois erroné et souvent lacunaire, qui peut entraîner un déficit important en matière de prévention adéquate ;
  2. La difficulté du dialogue familial sur la sexualité et la crainte que le parent refuse que l’adolescente utilise une contraception afin de contrôler sa vie sexuelle
  3. La peur de l’examen gynécologique, que les jeunes filles pensent obligatoire pour se faire prescrire la pilule.

La contraception , il n’ y a pas que la pilule

L’accès à la contraception et son utilisation, outre la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelles et infantiles, aident aussi les personnes à maîtriser leur sexualité, leur santé et leur procréation, et à avoir ainsi une vie sexuelle satisfaisante.

La contraception a des effets bénéfiques manifestes sur la santé car prévenir les grossesses non désirées ou non voulues  a pour effet de réduire la morbidité et la mortalité maternelles et infantiles. Donner l’accès à toutes les femmes  actuellement privées des méthodes de contraception modernes dont elles ont besoin préviendrait 54 millions de grossesses non désirées, 26 millions d’avortements (dont 16 millions non sécurisés) et 7 millions de fausses couches ; 79 000 décès maternels et 1,1 million de décès de nourrissons seraient également évités

Les autres contraceptions

  • Le stérilet.
  • Le préservatif.
  • Le diaphragme.
  • Les nouvelles contraceptions.
  • La contraception naturelle.
  • La ligature des trompes.
  • Les méthodes de contraception définitives.
  • Le patch contraceptif…

Tableau comparatif

(1)
%
99.9 99.9  Oui 1 fois tous les3 ans  105,32R
99.8 99.9  Oui  Oui 1 seule fois dansla vie  information
non disponible
R
99.8 99.8  Oui 1 fois tous les5 ans  101 à 112R
99.5 99.5  Oui  Oui 1 seule fois dansla vie  information
non disponible
R
99.2 99.4  Oui  Oui 1 fois tous les4 à 10 ans(5)  30,50R
94 99.7  Oui 1 fois tous les3 mois  3,4R
92 99.7  Oui  Oui 1 fois parmois  16R
91 99.7  Oui  Oui 1 fois parsemaine  13R
91 99.7  Oui  Oui Tous lesjours  1,28 à 1,6R
88 94  Oui  Oui(6)  Oui Chaquerapport  61R
85 98  Oui  Oui  Oui Chaquerapport  0,54R
84i 91i  Oui  Oui(6)  Oui Chaquerapport  61R
79 95  Oui  Oui  Oui(6)  Oui Chaquerapport  8,30R
78 96  Oui  Oui Chaquerapport  0
75 95  Oui  Oui  Oui Chaquerapport  0
71 82  Oui  Oui Chaquerapport  5 à 20R

 

Avec: www.afriqueavenir.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comments

comments