5 septembre 1984 | Afrique du Sud: Élection de Pieter Botha comme président de la République

L’ex-premier ministre Pieter Botha est élu à la présidence de l’Afrique du Sud le 5 septembre 1984. Il sera le dernier président de ce pays à soutenir la politique d’apartheid.

Député du Parti national (PN) dès 1948, Pieter Botha est un avocat de la ségrégation raciale. Au sein du PN, il occupe les postes de ministre de la Défense, de 1966 à 1980, et de premier ministre, de 1978 à 1984. Comme premier ministre, il entreprend de réformer la politique de l’apartheid. Dans la nouvelle Constitution de 1983, il introduit le principe d’un parlement tricaméral. Celui-ci se compose de la House of Assembly, avec 178 députés blancs, de la Coloured House of Representatives, avec 85 membres, et de la Asian House of Delagates, qui compte 45 membres. Botha abolit également le Sénat ainsi que le poste de premier ministre. La présidence du pays, jusqu’alors honorifique, devient la principale fonction du pouvoir exécutif. La Constitution de 1983, adoptée par référendum, entre en vigueur le 4 septembre 1984. Botha devient président le lendemain. Il adopte des réformes, dont la levée des restrictions sur le mariage mixte, mais déclenche aussi l’état d’urgence en 1986. On assiste alors à la plus forte vague de répression de l’histoire de l’apartheid contre la majorité noire. Cette dernière en a contre le refus de Botha de lui accorder le droit de vote et de mettre fin à la suprématie politique des Blancs. L’Afrique du Sud est également soumise à d’importantes pressions internationales. Botha accepte de rencontrer le prisonnier politique Nelson Mandela en 1989. Victime d’une attaque cardiaque, il remet sa démission peu de temps après. Son successeur, Frederik de Klerk, abolit définitivement l’apartheid le 30 juin 1991. Le PN est dissous en 2005. Botha meurt le 31 octobre 2006 à l’âge de 90 ans.

 

Comments

comments