12 août 2004 | BÉNIN: GNONNAS PEDRO S’EN ALLAIT…

Gnonnas Pedro, auteur, compositeur, chanteur, arrangeur et membre du groupe de salsa Africando, est mort à 61 ans d’un cancer de la vessie le jeudi 12 août 2004 à 7 heures du matin dans un hôpital de Cotonou, entouré de sa femme et de sa famille. Il laisse une carrière de plus de 40 ans.

Il restera dans les esprits comme un homme humble, doté d’un immense talent. Véritable gloire de la musique béninoise, auteur, compositeur, chanteur, arrangeur et membre du groupe de salsa Africando depuis 1996.

Mourir au Bénin

Gnonnas Pedro a subi trois opérations lourdes pour tenter de vaincre le terrible cancer. La première en mai 2004, qui « s’était très bien passée », précise Pascal. La deuxième le 22 juin alors que le 21 il était sur scène avec Africando, à Aulnay-sous-Bois, dans le cadre de la Fête de la Musique, se montrant en forme et terriblement fort malgré la maladie. La dernière intervention chirurgicale a eu lieu le 6 août dernier. « Le 7, le médecin nous a annoncé qu’il lui avait enlevé toutes les sondes. Cela annonçait la fin », indique Pascal. « Nous avons alors tout fait pour respecter sa dernière volonté qui était de retourner chez lui et mourir sur la terre de ses ancêtres », évoque Blaise Hounkpatin, un de ses amis proches, ingénieur-chimiste béninois vivant en France.

Artisan du son cubain

Parti à 61 ans, encore la fleur de l’âge diront certains, il laisse derrière lui 41 ans d’une carrière riche et variée. Né le 10 janvier 1943 à Cotonou, il est originaire de Lokossa (sud-ouest du Bénin) et baigne dans la musique dès son plus jeune âge car son père chante à l’église. La fibre musicale paternelle touchera aussi son jeune frère Matthieu, bassiste, et son grand frère Paul, grand saxophoniste. La lignée ne s’arrêtera pas là, puisque parmi les sept enfants de Pedro, deux semblent marcher sur ses traces, se destinant à la musique. Très « famille », discret, aimant profondément son pays, il ne fumait pas, ne buvait pas. Il avait la foi en Dieu mais aussi en ce qu’il faisait.

« Gnonnas Pedro, de son vrai nom Gnonnas Sousou Pierre Kwasivi, a démarré sa carrière dans le milieu des années 60 », rapporte le musicologue africain Nago Seck. « Artisan du son cubain, ses deux grands tubes « Von o von non » et « Yri yri boum » ont enflammé toute l’Afrique. Il a également travaillé à la rénovation de l’agbadja, le style musical de sa région (le Mono, ndlr), en le mettant au goût ‘gombo-salsa’. C’est en 1996, à la mort du grand Pape Serigne Seck, qu’il intègre la formation de Boncana Maïga, Africando, et rejoint les trois autres piliers historiques du groupe, les Sénégalais Medoune Diallo, Nicholas Menheim et l’Américain Ronnie Barro. Sa disparition est une terrible nouvelle. C’est une perte pour l’Afrique et les musiques africaines. Il représentait beaucoup pour le Continent… Il a marqué toute une génération. Dans les années 70 et 80, nous avons tous swingué sur sa musique. A présent, que la terre lui soit légère… »

.

 

Avec L’autre fraternité

Comments

comments