5 août 1890 | Convention coloniale franco-anglaise

En Afrique, la France dispose déjà de quelques colonies quand l’accord franco -anglais lui permet d’agrandir ses possessions en Afrique. Salisbury, ministre anglais, murmure, narquois : « Les territoires laissés à la France sont des sols légers. Le coq gaulois, qui aime gratter la terre, pourra y user ses ergots. Quant à nous, la région fertile nous demeure. »

L’ACCORD FRANCO-ANGLAIS

Voici le texte des deux déclarations échangées entre le gouvernement de la République française et le gouvernement anglais :

DÉCLARATION DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS

Le soussigné, dûment autorisé par le gouvernement de la République française, fait la déclaration suivante :

« Conformément à la demande qui lui a été faite par le gouvernement de Sa Majesté britannique, le gouvernement de la République française consent à modifier l’arrangement du 10 mars 1862, en ce qui touche le sultan de Zanzibar. En conséquence, il s’engage à reconnaître le protectorat britannique sur les îles de Zanzibar et de Pamba, aussitôt qu’il lui aura été notifié.

« Dans les territoires dont il s’agit, les missionnaires des deux pays jouiront d’une complète protection. La tolérance religieuse, la liberté pour tous les cultes et pour l’enseignement religieux sont garanties.

« Il est bien entendu que l’établissement de ce protectorat ne peut pas porter atteinte aux droits et immunités dont jouissent les citoyens français dans les territoires dont il s’agit.

« Signé : WADDINGTON. » Londres, le 5 août 1890.

DÉCLARATION DU GOUVERNEMENT ANGLAIS

Le soussigné, dûment autorisé par le gouvernement de Sa Majesté britannique, fait la déclaration suivante :

« 1° Le gouvernement de Sa Majesté britannique reconnaît le protectorat de la France sur l’île de Madagascar, avec ses conséquences, notamment en ce qui touche les exequatur des consuls et agents britanniques, qui devront être demandés par l’intermédiaire du résident général français.

« Dans l’île de Madagascar, les missionnaires des deux pays jouiront d’une complète protection. La tolérance religieuse, a liberté pour tous les cultes et tour l’enseignement religieux ont garanties.

« Il est bien entendu que l’établissement de ce protectorat ne peut porter atteinte aux droits et immunités dont jouissent les nationaux anglais dans cette île.

« 2° Le gouvernement de Sa Majesté britannique reconnaît la zone d’influence de la France au sud de ses possessions méditerranéennes, jusqu’à une ligne de Say sur le Niger à Barrua sur le lac Tchad, tracée de façon à comprendre dans ‘a zone d’action de la Compagnie du Niger tout ce qui appartient équitablement au royaume de Sokoto, la ligne restant à déterminer par des commissaires à désigner.

« Le gouvernement de Sa Majesté britannique s’engage à nommer immédiatement deux commissaires, qui se réuniront A Paris avec deux commissaires nommés par le gouvernement de la République française

 

Comments

comments