30 juin 1932 Mongo Beti | VOUS DEVEZ LIRE “Main basse sur le Cameroun” AU MOINS UNE FOIS PAR AN ! – Par Bruno Tamo

MORCEAUX CHOISI DE MONGO BETI( L’histoire est bien les amis…)


18 octobre 1945
Première apparition sur le devant de la scène camerounaise, bien qu’à une place modeste, de Ruben Um Nyobè, l’homme qui va donner une âme à son pays. Ruben Um Nyobè est donc nommé secrétaire général adjoint de l’USCC.

1947
Ruben Um Nyobè est élu premier secrétaire de l’USCC.

10 avril 1948
Création à Douala d’un parti politique de masse, l’Union des Population du Cameroun (UPC), dont Ruben Um Nyobè est élu secrétaire général.

1949
Premières pétitions adressés à l’ONU par des organisation affiliées à l’UPC, et réclamant l’indépendance du Cameroun.

1951
l’UPC, maintenant sa ligne révolutionnaire, refuse de suivre le RDA (Rassemblement Démocratique Africain) dont elle était jusqu’ici une section, quand le mouvement que dirige Houphouët-boigny, cédant aux pressions de François Mitterand, 33 ans, député de la Nièvre, ministre de la France d’outre-mer, inaugure une politique de collaboration avec l’administration nationale.

17 décembre 1952
Pour la première fois , un Camerounais, à sa demande, est invité à parler devant la commission spécialisée des Nations Unions, et met l’occasion à profit pour revendiquer urbi et orbi l’indépendance que les Camerounais, seuls alors à la réclamer avec les Togolais en Afrique noire française…

1953
Louis-Paul Aujoulat, missionnaire française crée un parti politique le BDC (Bloc Démocratique Camerounais) dont le but est de lutter contre l’UPC.

Mai 1955
Louis-Paul Aujoulat, fait nommé son ami Roland Pré au poste de gouverneur général du cameroun (haut-commissaire de france au Cameroun). Roland Pré est à l’origine des émeutes en 1955 à Douala…

13 juillet 1955
Interdiction de l’UPC, dont les chefs entrent dans la clandestinité ou s’exilent.
23 juin 1956
vote par l’Assemblée nationale, à Paris, de la loi-cadre Deffere. Système hybride pour casser les idées indépendantistes des nationaux.

2-3 décembre
“Création dans la Sanaga-Maritime, province natale de Ruben Um Nyobé, d’un Comité d’Organisation (CNO). Aux élections truquées, l’UPC a décidé de répondre par la seule arme qui lui reste, la lutte révolutionnaire.”

15 mai 1957
“André-Marie Mbida est investi comme chef du premier gouvernement du Cameroun autonome.”… C’est un disciple de Louis-Paul Aujoulat.

Juillet 1957
Pierre Messmer est nommé haut-commissaire de france au Cameroun. Il remplace Roland Pré. Son rôle est d’empêcher coûte que coûte l’élection des personnes issues du rang de l’UPC.

3 février 1958
“Nomination de Jean Ramadier, fils de Paul Ramadier, comme haut-commissaire de la France au Cameroun, en remplacement de Pierre Messmer.”. Sa mission, est d’évincer André-Marie Mbida qui s’est rebellé contre son gourou Louis-Paul Aujoulat.

11 février 1958
“Sur les conseils de Jean Ramadier, Ahmadou Ahidjo démissionne du gouvernement de Mbida, entraînant avec lui les autres membres musulmans de l’équipe. La crise est ouverte.”… En tant que haut-commissaire, Jean Ramadier place Ahmadou Ahidjo comme président. Ahidjo est le plus grand disciple de Louis-Paul Aujoulat.

13 septembre 1958
ASSASSINAT PAR DÉGAULLE ET SES COMPLICES de Ruben Um Nyobé. Son corps coulé dans du béton armé.


Référence: Main basse sur le Cameroun, page 33 à 44

Comments

comments