26 juin 1945 | La Conférence de San Francisco marque la naissance de l’ONU

Garantir la paix dans le monde

L’idée qui préside à la création de l’Organisation des Nations Unies (ONU) est une volonté de créer un organisme international capable de garantir durablement la paix.

Cette volonté de garantir une paix durable s’est manifestée au milieu des combats de la Seconde Guerre mondiale :

  • Avec la Charte de l’Atlantique qui signée 1941 entre les États-Unis et le Royaume-Uni
  • Avec la Déclaration des Nations Unies qui est signée par 26 pays autour des Etats-Unis en janvier 1942.

L’ONU est finalement créée lors de la conférence de San Francisco (avril – juin 1945). L’acte de naissance est un texte, une charte, signée par 51 pays, le 26 juin 1945. La charte adoptée par les 51 États signataires comportent 111 articles et une annexe consacrée à la Cour internationale de Justice.

Les principes de l’ONU

Les grands principes mis en avant dans la Charte de l’ONU sont les suivants :

  • l’égalité souveraine de tous les États, quelques soit leur taille ou leur puissance
  • la non-ingérence dans les affaires intérieures de chaque pays
  • le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes
  • le règlement pacifique des litiges entre les pays.

Le fonctionnement de l’ONU

L’Organisation des Nations Unies est un ensemble complexe d’organismes internationaux, chacun ayant un rôle bien précis :

  • au centre : l’Assemblée générale : elle se compose à l’origine des 51 membres, qui se réunissent une fois par an, en sessions ordinaires d’automne. Elle fait de simples recommandations et ne peut contraindre un gouvernement. Elle élit les autres organes de l’ONU.
  • Le Conseil de Sécurité : il est formé de 11 membres dont 5 membres permanents (Chine, États-Unis, France, Royaume-Uni, URSS) disposant d’un droit de veto. Les 6 autres membres du Conseil de Sécurité sont élus par l’Assemblée générale pour 2 ans. Le Conseil de Sécurité intervient pour les questions de maintient de la paix et de la sécurité entre les pays et au sein des pays. Il prend des résolutions qui sont des obligations à l’égard des États. Les veto des membres permanents conduisent parfois à la paralysie du système.
  • Le Secrétariat général est l’organe administratif de l’ONU. On trouve à sa tête un secrétaire général, élu pour 5 ans par l’Assemblée générale. Les pouvoirs du secrétaire général sont limités. Il peut utiliser l’article 9 qui lui permet d’attirer l’attention du Conseil de Sécurité sur une situation où la paix est en péril.
  • Le Conseil Économique et Social : également élu par l’Assemblée générale pour 3 ans, il est composé de 18 membres. Ils règlent les problèmes de coopération économique et sociale et organisent l’assistance technique internationale.

    De lui dépendent de nombreuses institutions comme l’UNICEF (Fonds de Nations Unies pour l’Enfance), la BIRD, le FMI, l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture ), l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, dont le siège est à Paris).

  • Le Conseil de Tutelle : composé de 15 membres élus, il a pour mission de contrôler l’administration des territoires autrefois colonisés et qui n’ont pas encore acquis leur indépendance (ex. la Libye, ex-colonie italienne).
  • La Cour internationale de justice (15 juges élus pour 9 ans). Elle siège à la Haye. Elle est chargée de régler les conflits juridiques entre les États.

Le siège des Nations Unies est fixé à New-York en 1946 pour deux raisons : c’est un moyen à l’époque de rendre hommage à Roosevelt (artisan des Nations Unies mais mort avant la fin de la conférence de San Francisco. C’est aussi le signe de l’emprise des États-Unis sur cette nouvelle organisation.

Le monde en 1945 est traversé par deux sentiments contradictoires: une souffrance atroce (conséquence de la guerre, du génocide…) et une euphorie née de la victoire et de l’espoir nouveau.

Cet espoir se concrétise notamment dans l’oeuvre de reconstruction et dans la mise en place des organisations internationales.

En même temps, cet espoir doit être nuancé par la méfiance et les tensions qui s’installent dès 1946 entre les deux Grands.

Comments

comments