Les Saoudiens déroulent le tapis rouge pour Trump

L’arrivée en grande pompe du Donald Trump contraste avec l’accueil plutôt glacial qu’avait reçu il y a un an, pour sa dernière visite, l’ex-président Barack Obama, critiqué à Ryad pour avoir amorcé un début de rapprochement avec l’Iran, grand rival de l’Arabie. L’avion Air Force One du nouveau président américain a atterri peu avant 10H00 (07H00 GMT) à l’aéroport International King Khaled à Ryad où le tapis rouge a été déroulé.

Le roi Salmane a accueilli M. Trump à sa descente d’avion, lui serrant la main, ainsi qu’à son épouse, Melania. La première dame des Etats-Unis était habillée sobrement: un pantalon ample à taille haute et une chemise à manches longues de couleur noire, avec une large ceinture dorée. Ses cheveux étaient au vent. Le souverain saoudien de 81 ans, qui tenait une canne, a ensuite accompagné le couple présidentiel au salon d’honneur de l’aéroport où il a pris place entre M. Trump et son épouse.

La fille aînée du président, Ivanka, et son époux, Jared Kushner, qui font partie de la délégation américaine, sont descendus par une porte située à l’arrière de l’avion avant de traverser le tarmac en se tenant la main, une scène qui s’est répétée à leur arrivée à l’hôtel où doit loger la délégation américaine. Ivanka Trump était vêtue d’une longue robe noire frappée de motifs blancs. Souriants, le roi Salmane et M. Trump ont échangé quelques mots au salon d’honneur de l’aéroport, avant de monter à bord d’une limousine blindée.

Rues désertes

Le cortège officiel est ensuite parti en direction d’un grand hôtel de la capitale pavoisée de drapeaux saoudiens et américains. Les rues, quasiment désertes, étaient également ornées de photos montrant le souverain saoudien et le président américain avec un slogan «Ensemble, nous triomphons». Sean Spicer, le porte-parole de la Maison blanche, ainsi que Gary Cohn, conseiller économique, et Dina Powell, conseillère adjointe à la sécurité nationale, font partie de la délégation.

M. Trump doit s’entretenir dans l’après-midi avec le roi Salmane et des dirigeants du royaume saoudien. Dimanche, toujours à Ryad, il prononcera devant une cinquantaine de dirigeants de pays musulmans un discours soulignant ses «espoirs» pour une «vision pacifique» de l’islam. Ce sommet a été «béni» par l’imam de La Mecque. Après Ryad, M. Trump, en difficulté dans son pays, doit se rendre en Israël, dans les Territoires palestiniens, au Vatican, à Bruxelles et en Sicile pour les sommets de l’Otan et du G7.

Source: AFP

Comments

comments