Boxe : Anthony Joshua, le nouveau roi pour le titre unifié des lourds (WBA-IBF)

Ce samedi soir, il a cogné très fort devant les 90 000 spectateurs de Wembley en Engleterre.

Anthony Oluwafemi Joshuala devient la nouvelle star mondiale de la boxe en battant l’Ukrainien Vladimir Klitschko son ainé de 41 ans par KO technique, dans le onzième round.

Le jeune Britannique aux orignes nigérianes de 27 ans conserve sa ceinture des lourds IBF et rafle le titre WBA vacant. Le natif de Watford a remporté ses 19 combats par KO.

“Le meilleur a mérité de gagner et, ce soir, le meilleur c’était Anthony, a réagi Vladimir Klitschko à l’issue du combat. C’était un évènement incroyable. Deux gentlemen ont combattu. Anthony était meilleur que moi. C’est triste d’échouer ce soir.” L’Ukrainien s’incline sur KO pour la première fois depuis 2004 et porte son bilan à 64 victoires, pour cinq défaites.

Quelles les ceintures étaient en jeu ?

Deux d’entre elles, à savoir les ceintures WBA et IBO des lourds, sont vacantes. La troisième, celle de l’IBF, est passée entre les mains de quatre boxeurs en cinq mois avant d’atterrir dans celles de Joshua en avril 2016 : Klitschko l’a d’abord perdue au profit de Tyson Fury, avant que le fantasque Anglais ne soit destitué deux mois plus tard pour avoir refusé d’affronter son challenger officiel, Vyacheslav Glazkov. Blessé à un genou, le boxeur ukrainien a ensuite abandonné la ceinture à Charles Martin après trois reprises en janvier 2016, mais le règne du «Prince» américain n’a duré que trois mois, Joshua l’envoyant au tapis dès le deuxième round à Londres, l’année passée.

Qui est il?

Joshua, c’est un gabarit athlétique (1,98 m pour 102 kg à l’époque) de fibres musculaires explosives et d’une puissance de frappe hallucinante. Reste à peaufiner la boxe de ce jeune des quartiers venu à la discipline sur le tard, en 2007, alors qu’il a déjà 18 ans.

Jusque-là, Anthony Oluwafemi Olaseni Joshua, surnommé « Femi » par ses proches, végète dans les rues de Watford. C’est là, à 30 kilomètres au nord-ouest de la City qu’il est né et qu’il vit chez Yeta, sa mère, originaire du Nigeria. Elle élève seule ses quatre enfants. De son père, Robert, moitié irlandais, moitié nigérian, parti quand il avait 5 ans, le boxeur parle peu. « Les raclées de mon père m’ont fait plus peur que n’importe quel adversaire », a-t-il tout au plus lâché un jour avant un combat. Joshua ne s’épanche pas sur ses origines. Voilà treize ans qu’il n’a plus mis les pieds au Nigeria. Vacciné, peut-être, par ce séjour de six mois lorsqu’il avait 11 ans. Sa mère envisageait alors d’y refaire sa vie. « Moi, je croyais que j’allais en vacances… » Au lieu de ça, le gamin s’est retrouvé dans un pensionnat. « On nous réveillait dès 5 h 30 du matin pour la corvée d’eau. Nous devions laver et repasser nos vêtements. Je n’étais pas vraiment prêt à ça, mais ça a été une bonne discipline. On nous frappait aussi. »

À son retour dans la grisaille londonienne, le seul horizon qui se profile pour Joshua est de devenir un jour maçon sur les chantiers. Après les cours, il joue au foot et traîne avec les gars du coin. Il picole, fume et attend les samedis soir pour aller chasser les filles en club ou vider sa frustration dans des rixes.

En 2009, Joshua a été placé en détention provisoire à la prison de Reading pour ce qu’il décrit comme « s’être battu et d’autres trucs dingues ». Il a été condamné à porter un bracelet électronique à la cheville après sa période de détention.

En mars 2011, Joshua a été arrêté par la police pour excès de vitesse dans Colindale, au nord de Londres. Il a été trouvé avec 200 grammes d’herbe de cannabis cachés dans un sac de sport dans sa Mercedes Benz. Il a été accusé de possession avec l’intention de fournir un médicament de classe B, une infraction passible d’une peine maximale de 14 ans. Joshua a été suspendu de l’équipe britannique de boxe et a été condamné à un ordre de la communauté de 12 mois et à un travail non rémunéré de 100 heures après avoir plaidé coupable à la cour de la couronne, pour finalement être libéré en 2014.

Comments

comments